27.9 C
Dzaoudzi
mardi 23 avril 2024
AccueilorangeL’attractivité des professionnels de santé de Mayotte au cœur des enjeux sanitaires

L’attractivité des professionnels de santé de Mayotte au cœur des enjeux sanitaires

Le Comité Intersectoriel Mahorais pour l’Attractivité, l'Installation et la Pérennisation des Professionnels de Santé (CIMAIPPS) s’est réuni pour la première fois ce mardi à la Caisse de Sécurité Sociale de Mayotte. Il entend définir et mettre en œuvre les stratégies idoines afin d’améliorer l’attractivité des professionnels de santé sur l’île. Une gageure.

« C’est un comité qui je pense est inédit en France, de mettre autant d’acteurs du territoire autour de la table pour réfléchir aux conditions d’attractivité du personnel soignant ». Les propos introductifs du directeur général de l’ARS de Mayotte, Olivier Brahic, mettent en exergue l’aspect capital de cette rencontre intersectorielle, la première de ce genre dans le département.

Détecter les leviers d’attractivité avec les partenaires institutionnels

L’attractivité du personnel soignant, un enjeu capital au regard de la présente situation

« L’objectif de cette rencontre est de trouver collégialement les leviers nécessaires pour améliorer l’attractivité du territoire auprès du personnel soignant en unissant nos efforts et en définissant une politique proactive », a expliqué Olivier Brahic, avant de concéder que « tous les leviers pour rendre Mayotte attractive ne sont pas forcément du ressort de l’Agence régionale de santé ».

Pour tenter de réfléchir à des mesures concrètes pour y parvenir, les partenaires institutionnels ont fait le déplacement en nombre qu’il s’agisse, entre autres, du Mouvement des entreprises de France, du Conseil économique, social et environnemental de Mayotte, du Conseil départemental, le Centre universitaire de formation et de recherche ou encore la Caisse de Sécurité Sociale et le rectorat. Si la France est touchée au niveau national par une crise de manque d’effectifs du personnel soignant, à Mayotte, la situation est de loin la plus préoccupante.

Mayotte, un désert médical à part entière

Selon le rapport d’information du Sénat de mars dernier intitulé « Rétablir l’équité territoriale en matière d’accès aux soins : agir avant qu’il ne soit trop tard », Mayotte fait partie des 10 départements les moins bien dotés en médecins généralistes et spécialistes. Lors de la matinée, il a été précisé que la densité de professionnels de santé, hospitaliers et libéraux, est dans certains cas 3 à 10 fois inférieure aux densités métropolitaines, alors même que la population du 101e département est davantage sujette à des maladies chroniques telles que le diabète ou l’hypertension. A titre de comparaison, la métropole dispose en moyenne de 132 médecins généralistes pour 100 000 habitants, contre 121 pour la Guyane et 43 pour Mayotte.

Dans un entretien accordé en mai dernier, Patrick Boutié, directeur par intérim de l’offre de soins et de l’autonomie à l’ARS, avait longuement souligné que la crise que traverse le service psychiatrie résulte avant tout d’un « problème de recrutement, on n’arrive pas à recruter », à tel point qu’au moment de la pandémie, il est arrivé que la « psychiatrie ne tournait qu’avec des intérimaires et des renforts de Santé publique France ».

Attirer du personnel soignant pour assurer le bon fonctionnement des futurs projets médicaux

Engager une ascension du nombre de professionnels de santé de l’île s’explique aussi par

Les nouveaux établissements médicaux nécessiteront un besoin de personnels soignants

un contexte de montée en puissance de l’offre de soins sur l’île. Les futurs projets structurants de Mayotte, à l’instar du second site hospitalier prévu à Combani ou encore l’installation de cliniques privées, nécessiteront l’arrivée d’un nombre conséquent de personnels soignants pour assurer leur fonctionnement. En outre, le Projet régional de santé en cours d’élaboration définit aussi de nouvelles filières à développer à Mayotte, telles que la cardiologie, ce qui va nécessiter la venue de spécialistes.

Selon l’une de nos sources présentes à la réunion, le ressenti vis-à-vis du travail mené est prometteur, « c’est du positif à tous les niveaux, des échanges constructifs». Ce premier comité donnera lieu « bien évidemment à d’autres rencontres », abonde notre interlocuteur. Un passage aux actes grandement attendu au regard de la présente situation.

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...