28.9 C
Dzaoudzi
samedi 2 mars 2024
AccueilEnvironnementEn cette période de saison sèche, le SDIS de Mayotte sur le...

En cette période de saison sèche, le SDIS de Mayotte sur le qui-vive

Alors que les soldats du feu luttent tant bien que mal en métropole contre les feux ravageurs, à Mayotte, la saison sèche accroît incontestablement le risque d’incendie. Le colonel hors-classe Olivier Neis, directeur du Service Départemental d'Incendie et de Secours (SDIS), apporte un éclairage sur l’organisation des interventions et les difficultés rencontrées.

Si l’installation progressive de la période sèche accroît la probabilité d’incendie, « on entre dans la phase de risque » rappelle le colonel hors-classe Olivier Neis, il entend toutefois faire part des différences avec les situations connues en métropole : « le risque de feu de forêt n’est pas tout à fait une réalité, nous avons davantage une problématique de feu de brousse ».

Absence de pistes et manque d’eau

Le bâtiment du SDIS au centre Kinga

Malgré cette spécificité, « l’ensemble des sapeurs-pompiers est formé à la lutte contre le feu en forêt », poursuit le colonel. Le matériel motorisé dont disposent les soldats du feu est « équipé en quatre roues motrices et peut évoluer à peu près sur tous les terrains », renseigne Olivier Neis. Un avantage indéniable dans la mesure où à Mayotte « il n’y a pas de moyen aérien ». Est-ce à dire que tous les véhicules peuvent s’enfoncer profondément dans la forêt ou atteindre les points culminants de l’île ? Alors que « les massifs forestiers sont peu équipés en piste d’accès ce qui ralentit la progression, reconnaît le colonel, l’avantage des pompiers c’est de s’adapter, être caméléon ». S’ajoute à cette difficulté une autre d’envergure : l’accès à l’eau.

S’adapter quelques soient les circonstances

Malgré ces obstacles, les équipes sur le terrain sont en mesure de tirer des tuyaux au-delà de la norme technique des 120 mètres. On parle alors « d’établissements complexes » et les tuyaux sont tirés sur « 700 mètres, voire 1 kilomètre ». La pression dans les lances est maintenue grâce à des pompes motorisées. Des gilets d’une contenance de 20 litres équipent aussi les soldats du feu pour atteindre des endroits difficiles d’accès et ainsi pouvoir intervenir sans pour autant déployer un dispositif renforcé. En outre, le SDIS est en mesure de pouvoir constituer un point artificiel, à partir duquel les autres véhicules peuvent se ravitailler, grâce à un camion équipé d’une piscine de 10 000 litres.

Un dispositif d’intervention rôdé

Un exemple opérationnel valant mieux qu’un long descriptif, « en admettant qu’il y ait un feu dans les environs de Kani-Kéli, un engin viendra sur place depuis Passi-Kéli et deux autres depuis Chirongui ». Un officier sera également détaché sur place « pour reconnaître le sinistre », explique le colonel ; l’objectif étant de savoir si le feu peut être maîtrisé sans l’envoi de renforts supplémentaires. « Le matériel est récent, le parc des véhicules est en parfait état et les équipes sont compétentes », constate Olivier Neis avant d’ajouter, « deux nouveaux engins vont arriver en mars 2023. Des CCF 600 qui ont la possibilité de dégonfler automatiquement leurs pneus afin d’avoir une meilleure prise sur le sable. La capacité de leur citerne est de 6000 litres contre 4000 pour nos engins d’intervention actuelle».

Si le SDIS du 101e département va s’équiper de ces véhicules d’élite, c’est en raison de la nécessité d’être

Photo d’illustration d’un feu de végétation

autosuffisant dans la lutte contre le feu et de parer à toute éventualité. « La règle des 3 fois 30 quand elle est atteinte, c’est un cocktail explosif », prévient le colonel. « A partir du moment où vous avez plus de 30 degrés Celsius, des vents supérieurs à 30 km par heure et un taux d’humidité inférieur à 30 %, la situation devient incontrôlable », concède-t-il avant d’ajouter, « à ce niveau, un mégot de cigarette incandescent c’est déjà trop pour qu’un incendie se déclenche, une étincelle d’une plaquette de frein suffit ».

Le bon sens comme premier rempart aux incendies

A Mayotte, la conjonction de ces trois seuils reste un horizon difficilement atteignable. Mais la vigilance reste toujours de mise et elle est de la responsabilité de chacun. « C’est une question de bon sens, le mégot ce n’est pas par la fenêtre et si on voit un départ de feu, on appelle le 18 » insiste Olivier Neis avant de conclure « que toute l’année, par arrêté préfectoral, tout feu est interdit à Mayotte ».

Pierre Mouysset

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...