29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 février 2023
AccueilorangeDépartementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons.

Dimanche dernier, lors du 1er tour de la départementale partielle de Sada-Chirongui, 96 voix séparaient les premiers, Soula Saïd Souffou-Mariame Saïd Kalame des seconds Mansour Kamardine-Tahamida Ibrahim, sur 5.962 votants.

Le binôme appuyé par le maire de Sada Houssamoudine Abdallah et le sénateur Thani Mohamed Soilihi, arrivait en 3ème position, comment allaient se positionner leurs 1.346 électeurs ? Et parmi les prés de 5.000 électeurs qui s’étaient abstenus dimanche dernier, combien allaient se diriger vers les bureaux de vote ? Allait-on dépasser les 56% de participation ?

La réponse à cette dernière question explique sans doute le score final. La participation a grimpé de 10 points pour atteindre 66,17% à ce second tour. Le binôme M. Kamardine et Tahamida Ibrahim gagnent ainsi 1.068 voix par rapport au 1er tour, alors que leurs challengers engrangent 1.279 voix supplémentaires. Ainsi, ce n’est plus 96 voix mais 307 qui les séparent à l’issue du scrutin.

Vers quelle tendance va se diriger sur binôme divers centre, dont le cœur penche gauche ? Théoriquement pas vers la majorité LR de Ben Issa Ousseni, bien que leurs déclarations entre les deux tours ménagent la chèvre et le chou.

Les urnes vont révolutionner le paysage au-delà de Sada-Chirongui

Une majorité macédoine ?

La suite est pleine d’incertitude à plus d’un titre pour le conseil départemental. D’abord en terme de majorité. Dans l’éventualité d’un ralliement des deux élus dans l’opposition, quand leurs prédécesseurs étaient dans la majorité, Ben Issa Ousseni devra compter ses troupes et inciter à des ralliements. Certain(e)s élu(e)s auraient déjà été démarché(e)s. Mais même si les petits nouveaux se laissent séduire par la majorité, qui deviendrait macédoine, le CD en a l’habitude, de nouvelles élections doivent se tenir.

En effet, selon nos renseignements pris auprès de juristes, la décision du conseil d’Etat du 19 juillet dernier d’annuler l’élection Kamardine-Tahamida entrainait immédiatement l’annulation du premier comme membre de la commission permanente et de la seconde comme vice-présidente. Cela invalidait également la présidence du conseil portuaire de Mansour Kamardine, ainsi que leurs appartenances à toute commission thématique.

Donc de toute façon, le duo Kamardine-Tahamida ne pouvait retrouver automatiquement leurs anciens postes. Le problème n’est plus là, mais de savoir comment va s’organiser l’arrivée des deux nouveaux venus.

2ème vice-présidente, un poste convoité

Tahamida Ibrahim avait assuré comme vice-présidente chargée des finances et des affaires européennes

Il va falloir procéder à la recomposition de la commission permanente et à l’élection de la 2ème vice-présidente qui doit obligatoirement être une femme.

Sauf si les élus ne veulent pas compléter la commission permanente, ce qui est peu probable, l’élection des nouveaux élus devra se faire selon une procédure bien précise. Les candidatures au poste de 2ème vice-présidente devront être déposées « dans l’heure qui suit la décision de combler la vacance de siège », nous explique-t-on.

Si une seule candidature est déposée, la nomination prendra effet immédiatement. Mais si plusieurs élues se portent candidates, il faudra procéder au renouvellement intégral de la commission permanente, à l’exception du président ! Cette élection se fera comme en 2021 au scrutin de liste, à la représentation proportionnelle à la plus forte moyenne.

Ensuite, les vice-présidents devront également être élus ou réélus. Un nouveau président de la Commission portuaire devra être désigné ainsi que le ou les membres de commissions thématiques et membres d’organismes extérieurs.

C’est donc l’ensemble du conseil départemental qui pourrait être ébranlé par la décision du conseil d’Etat et non seulement Sada-Chirongui.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...