29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilFil infoProfanation : Manuel Valls répond au député Aboubacar à l'Assemblée

Profanation : Manuel Valls répond au député Aboubacar à l’Assemblée

Ibrahim Aboubacar, député de la 2e circonscription de Mayotte, a posé une question à Manuel Valls, le ministre de l’Intérieur, ce mardi matin à l’Assemblée nationale, à propos de la profanation de la mosquée du vendredi de Labattoir le 1er janvier dernier.
Voici ci-dessous, la transcription de la question du député et la réponse du ministre de l’intérieur.
Vous pouvez aussi consulter la vidéo de cette question sur la page Facebook du député.

Ibrahim Aboubacar :
“Monsieur le Ministre,
Sur fond de montée d’actes de délinquance et d’incivilités qui émaillent l’actualité dans le Département de Mayotte depuis quelques années, un événement ignoble s’est produit dans la nuit du 31 décembre 2013 au 1 er janvier 2014 et ne cesse d’émouvoir la population de l’île.
Il s’agit de la profanation de la Mosquée du Vendredi du village de Labattoir par un couple de militaires au moyen d’une tête de porcelet.
Cet acte, qui est une première dans l’île, a ému l’ensemble des musulmans vivant sur le sol mahorais, qui ont d’ailleurs manifesté leur indignation et leur colère par deux manifestations pacifiques les 4 et 12 janvier dernier.
Une délégation d’autorités religieuses s’est déplacée en métropole la semaine dernière, du 30 janvier au 5 février, pour venir dire aux hautes autorités de l’Etat, et au-delà, la colère des musulmans de l’île, habitués qu’ils sont à la tolérance religieuse, face à cette profanation.
Les auteurs de celle-ci ont été identifiés, mais les complicités éventuelles, passives ou actives, préalables – de ceux qui ont su sans empêcher- et postérieures- de ceux qui ont pris connaissance en essayant de cacher-, restent à déterminer.
La population attend l’action de la justice qui se prononcera le 26 février prochain, mais également une réaction ferme des autorités de l’Etat face à cet acte islamophobe : votre parole Monsieur le Ministre est attendue par la population de Mayotte.”

La réponse de Manuel Valls :
«Vous avez raison d’insister sur ce qui s’est passé le 1er janvier dernier, la profanation de la mosquée de Labattoir, une tête de porc a été déposé devant l’entrée de la mosquée de cette commune et par la voix du préfet Jacques Witkowski, l’Etat a immédiatement condamné cet acte et s’est joint à l’émotion de la population mahoraise, quelques soient d’ailleurs les origines.

J’ai entendu l’émotion des Mahorais. J’ai été saisi par les élus de Mayotte, je pense particulièrement à votre collègue sénateur Thani Mohamed Soihili. Une délégation, vous l’avez rappelé, comprenant notamment le porte-parole des Cadis de Mayotte a été reçue par mon cabinet. J’ai pu m’entretenir avec elle quelques instants. Je leur ai dit que quand je me rendrai dans quelques semaines à Mayotte, j’aurai l’occasion de me rendre sur le site de cette mosquée, pour marquer l’indignation de la République et je veux affirmer de la manière la plus solennelle, que le gouvernement condamne toutes les atteintes aux lieux de cultes, quelles soient symboliques ou matérielles.

Le gendarme maritime impliqué a été muté immédiatement et fait l’objet d’une sanction addministrative très lourde de la part du ministère de la défense qui son autorité d’emploi. Cette sanction disciplinaire est naturellement totalement indépendante des sanctions pénales qui pourraient être prononcées à l’issue de l’audience prévue le 26 février.
Laissons la justice de notre pays travailler, et je ne doute pas de la nécessité de condamner avec la plus grande fermeté ces actes.

Monsieur le député, l’Etat entend les Mahorais. Et lorsqu’on s’en prend aux fidèles d’un culte, on s’en prend à leur dignité, lorsqu’on s’en prend à une église, un temple une mosquée, une synagogue, on s’en prend à la République. Et cela est vrai à Mayotte comme sur tout le territoire national.
Et permettez-moi de la souligner, c’est encore peut-être plus vrai à Mayotte, tant il y a une volonté de dialogue, d’apaisement, de concorde qui est la réalité de ce qu’est l’islam sur votre territoire, ce territoire de la République.
Soyez assuré, de l’engagement du gouvernement à combattre tous ces faits et de sa place aux côtés des Mahorais heurtés et meurtris par ce geste indigne.»

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139120
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139120
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139120
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139120
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139120
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139120
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...