29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 février 2023
AccueilCultureTribune - De l'art du discours à la formule

Tribune – De l’art du discours à la formule

Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs.

A l’aune des carences langagières du [très] jeune personnel politique mahorais pour instaurer un dialogue crédible avec Paris sur les sujets éminemment majeurs et sensibles inhérents aux enjeux du développement de Mayotte, une question essentielle se pose, me semble t-il : l’éloquence du discours à la formule a-t-elle encore droit de cité dans la société mahoraise ou parler signifie séduire en peu de mots? A priori, non.

En effet, la recrudescence des conflits [d’intérêts] qu’il est possible d’observer ces dernières années dans les collectivités locales mahoraises entre le personnel politique et son administré démontre deux choses : d’abord il existerait bel et bien une certaine remise en cause de la fonction politique, d’une part. Et que d’autre part, cette remise en cause réside [en partie] dans une certaine forme de décadence et ou d’appauvrissement de la parole de l’homme politique. A qui la faute?

Chacun le sait : on naît poète, on devient orateur. Car, depuis les grands prédicateurs jusqu’aux prêcheurs cathodiques, en passant par les tribuns parlementaires, l’éloquence a toujours fait partie, en France, du panthéon littéraire. Près de nous, au sein de l’archipel, on se souvient qu’on s’est longtemps pressé dans les tribunes de l’assemblée des Comores pour aller y écouter quelques prêches célèbres. Nous citerons en guise d’exemple Younoussa Bamana, Pierre Mesmer, Ali Soilihi et l’éminent Aboudou Abdourahaman Mouloukandjee. Seuls quelques esprits courts limitent encore le champ littéraire à la seule fiction. Cette logique de réserve d’Indiens mettrait Bossuet, Lacordaire, Mirabeau, Barnave, Jaurès et tant d’autres disciples de Cicéron en marge d’une grande famille littéraire qui s’est toujours flattée, surtout depuis la Révolution française, d’être accueillante.

Il y a quelques années, on se souvient des cours de littérature française d’Alphonse Aulard, consacrant une étude fondatrice aux grands orateurs de la Révolution française, il acquiert une telle réputation que la Ville de Paris décide de créer pour lui, en 1885, ce qui sera la première chaire d’histoire de la Révolution à la Sorbonne. L’art oratoire avait gagné ses lettres de noblesses républicaines, comme l’art de la chair avait su s’imposer à la cours de Versailles.

Elections, Mayotte
Les meeting politiques ne jouent que sur l’émotion, pour l’écrivain

Mais alors, que devient aujourd’hui dans notre société mahoraise de « théâtralité » où parler signifie séduire en peu de mots? Comme disait Lacordaire, « tout orateur à deux génies, le sien et celui du siècle » Le nôtre est-il propice à ce talent? N’est-il pas plutôt voué, à l’heure actuelle à la téléréalité et de la « pubocratie », à se marginaliser comme la poésie? Le plus souvent cet art si particulier a su s’adapter à son époque. Certes, l’art du discours cède le pas le plus souvent à de la formule « je vous ai compris » (De Gaulle) « I have a dream » (Martin Luther King) ou le plus souvent « Yes We can »(Obama) » « Nous ne voulons pas de l’indépendance à la merde…à la con » (Bamana), « Non, Karivindzé !» (Zaina M’déré).

Depuis ces célèbres discours de Younoussa Bamana et de Zaina M’déré, il est des moments si particuliers de l’Histoire où l’on prend conscience que la parole n’est pas seulement un mot d’esprit. Il lui arrive de refaire le monde. Ou tout au moins de tenter de le sauver en redonnant, comme le disait Obama, « cet espoir sans fin qui résume l’esprit de notre peuple » Et tous ceux qui sont sensibles aux mots. Parmi ces « très jeunes » personnels politiques, des écumes jaillissent : la voix d’un Mansour Kamardine tend à s’érafler peu à peu au profit d’un éloquent Soula-Saïd Souffou, président de son propre mouvement LTA (Le Temps d’Agir) et d’un talentueux Ambdilawahedou Soumaïla, actuel maire de Mamoudzou, la commune capitale de Mayotte. Mais en attendant de franchir le temple du panthéon littéraire, à l’heure actuelle, le discours politique autochtone n’offre que l’émotion. Cela explique en particulier le sentiment de pastiche et d’imposture qu’on éprouve à écouter un certain nombre de discours politiques contemporains des dirigeants locaux.

Derechef, l’une des erreurs fondamentales du personnel politique moderne est de penser que parler en faisant sans cesse référence à son destin personnel crédibilise le discours. Cela donne l’impression d’un monde réduit aux dimensions de celui qui parle. Cette mise en scène du « je » engendre une parole incapable de véhiculer quelque chose de l’ordre politique à tout le monde et en quoi chacun puisse se reconnaitre. Ce n’est pas la faute à Voltaire si nos dirigeants éprouvent moult difficultés à avoir une richesse revigorante des formules.

Madi ABDOU N’TRO
Poète-Essayiste mahorais

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...