29.9 C
Dzaoudzi
mercredi 1 février 2023
AccueilFaits diversMeurtre à Vahibé la semaine dernière : un acte de sauvagerie lié...

Meurtre à Vahibé la semaine dernière : un acte de sauvagerie lié à des tensions ethniques ?

En milieu de semaine dernière, un burundais était sauvagement agressé par un groupe de jeunes à Vahibé. Un meurtre jusque-là passé inaperçu, et qui pourtant s'avère d'une sauvagerie sans nom, sur fond de tensions ethniques et communautaires.

Mercredi 13 juillet dernier, le village de Vahibé était le théâtre d’une nouvelle affaire des plus sordides. Comme le confirme le parquet de Mamoudzou, un burundais père de famille âgé d’une cinquantaine d’années était violemment agressé par des jeunes, recevant des coups de machettes et des jets de pierre. Transporté au Centre Hospitalier de Mayotte, la victime décédera le dimanche qui suivra.
Le parquet de Mamoudzou relate un ” trouble sur la voie publique”, et explique que les raisons de ce meurtre auraient été raciales : Ce n’est pas ” l’individu ciblé mais l’ethnie” nous explique-t-on, évoquant les tensions communautaires de l’île au lagon, parmi lesquelles le rejet latent des ressortissants africains lors d’évènements tels que celui-ci.

CHM, Covid, dengue, Mayotte
La victime est décédée à l’hôpital dimanche dernier

Le parquet n’en dira pas plus, sinon qu’une information judiciaire a été ouverte.
Des sources proches du dossier et de la communauté burundaise nous expliqueront qu’il y a potentiellement plusieurs points de départ à l’altercation. L’on évoque un accident de scooter, une expédition punitive orchestrée contre la victime… Il est fait état de “barbarie pure”, la “gorge limite tranchée” : certains proches de la victime ayant pu apercevoir le corps lors de la cérémonie funéraire parlent d’une “boucherie”.
Si le parquet n’en dira pas plus pour le moment, temporalité judiciaire oblige, nos sources avancent qu’un des auteurs aurait été interpellé et placé en garde à vue. Très défavorablement connu de la justice, l’individu n’aurait pas reconnu les faits, et aurait vu sa garde à vue levée dans l’attente d’une ouverture d’information judiciaire, tout en étant déféré pour une autre procédure. L’on apprend également qu’un second individu aurait été victime d’un coup de couteau lors d’une agression à son domicile par une dizaine d’individus, épisode qui serait lié à la même affaire. Cette seconde victime, plus chanceuse, n’aurait écopé que de quelques jours d’ITT.

Mathieu Janvier

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...