25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieQualification des cadres médico-sociaux

Qualification des cadres médico-sociaux

C’est un domaine à enjeu majeur pour Mayotte : celui de professionnaliser les structures médico-sociales. Ce défi est relevé par plusieurs grosses associations en partenariat avec l’organisme collecteur OPCALIA et l’Etat.

Mayotte arrive à une nouvelle croisée de chemins : celui de normes abondamment exigées par l’arrivée prochaine du Code du travail applicable à Mayotte, et celui de l’insuffisance de qualification de la main d’œuvre pour y arriver. La seule alternative est d’importer les compétences depuis la métropole ou La Réunion pour pouvoir répondre aux appels d’offre de l’ARS (Agence régionale de Santé) !

Les associations Toioussi (enfants handicapés), TAMA (Alternative à l’emprisonnement), ADSM (Déficients sensoriels), ACFAV (condition féminine et aide aux victimes), Enfants de la Lune (sensibles aux rayons UV), Ounono Na Maecha ont réagi en décidant de cofinancer une formation de CAFERUIS (Certificat d’aptitude aux fonctions d’encadrement et de responsable d’unité d’intervention sociale) pour leurs cadres.

« Le secteur du social et médico-social représente aujourd’hui 200 salariés, mais ils seront prés de 4 000 lorsque se généralisera le droit commun » appuie Kadafi Attoumani, directeur d’OPCALIA qui accompagne cette formation.

Une formation sur mesure pour Mayotte

Les encadrants du Centre de formation de la Croix rouge de la région PACA (Provence Alpes Côte d’Azur) viendront à Mayotte une semaine par mois pendant deux ans pour former les douze cadres concernés. Ces derniers devront néanmoins se déplacer en métropole pour cinq stages, déplacement offert par LADOM.

Bien encadrer... un métier (ici à Songoro-Tama)
Bien encadrer… un métier ! (ici à Songoro-Tama)

Les 130 000€ de coût de formation sont pris en charge par les associations, alors que l’hébergement des encadrants est payé par OPCALIA, la Dieccte, ou UNIFAF. « A Tama, les cadres concernés sont les chefs de service du pôle social et de Songoro » indique Philippe Duret, le directeur, alors que l’ACFAV envoie sa Responsable administrative. « Les cadres effectueront seulement cinq déplacements en métropole ce qui  leur permet de rester opérationnels dans la structure » indiquait Agnès Ramde, ADSM.

Cette formation est un premier pas vers des spécialisations plus aiguës des cadres qui pourront diriger des établissements de moins de 50 salariés. L’action est isolée, mais « une étude est en cours pour proposer un plan d’action de formations pérennes dans le domaine médico-social » rassurait Marjorie Gasnier, inspecteur du travail à la Dieccte.

Une action vitale pour accroître les compétences des cadres intermédiaires que Philippe Duret résume comme « pierre angulaire des structures ».
A.P-L.

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...