26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilSociétéFonctionnaires mahorais: un statut encore en chantier

Fonctionnaires mahorais: un statut encore en chantier

La préfecture a réuni l’ensemble des organisations syndicales hier après-midi alors que la période sociale est tendue. Objectif : faire le point sur l’intégration des agents des fonctions publiques de Mayotte dans les fonctions publiques nationales. «Un immense ratage» pour les syndicats.

«Tout devrait être bouclé depuis presque trois ans et on est encore en plein chantier!» regrette Thierry Wuillez du SNES-FSU. «On a eu des négociations, une loi, une vingtaine de décrets et c’est encore la nébuleuse.»

8 avril 2009 : le préfet de Mayotte de l’époque, Denis Robin, signe avec les représentants de collectivités locales et des syndicats un protocole d’accord pour intégrer des agents de la fonction publique de Mayotte dans les fonctions publiques nationales.
Quatre ans et demi après, Jacques Witkowski, le préfet actuel, a convié les organisations syndicales à faire une sorte de bilan. « Enfin ! » s’exclame Soulaïmana Noussoura de la CFE-CGC. Et ce bilan est mauvais.

60% des fonctionnaires mahorais toujours pas intégrés

Pour «transférer» les fonctionnaires mahorais, des «corps intermédiaires» avaient été créés. Le processus devait être rapide et temporaire, le temps pour ces fonctionnaires d’intégrer les catégories A, B et essentiellement C (la plus basse) des fonctions publiques territoriale, hospitalière ou d’Etat. Ce statut devait s’éteindre au 31 décembre 2010. Mais à l’heure actuelle, selon les chiffres présentés par la préfecture aux syndicats, 60% des personnes concernées sont encore dans ces «corps intermédiaires» et ne sont toujours pas titulaires dans les catégories «normales». Ce sont donc plusieurs milliers de personnes qui sont encore bloquées «au milieu du gué».

«Des problèmes se posent aussi à ceux qui ont été intégrés. Certains, après 25 ans de travail, se retrouvent au premier échelon et sans aucune prise en compte d’ancienneté » explique Kamiloudine Djanffar de la CGT Ma.
Quatre groupes de travail ont tout de même été créés (Retraite, reconstitution de carrière, formation et non-titulaires). Plusieurs réunions sont programmées dans les semaines qui viennent pour rédiger des rapports. Ils devraient être remis aux différents ministères concernés avant la fin de l’année pour peut-être, enfin, boucler ce dossier en 2014.

RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...