30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilEnvironnementQuels moyens pour protéger le lagon et l’océan?

Quels moyens pour protéger le lagon et l’océan?

Ce fut la question centrale du 3ème Congrès international des Aires marines protégées à Marseille. Intéressant quand on sait qu’elles financent les Parc Naturels Marins, dont celui de Mayotte. Raos y a assisté, et défend cet outil.

Raie mantaProtéger 10% des océans d’ici 2020, c’est la mission que s’est donnée l’Agence des Aires Marines protégées. Actuellement les aires marines protégées (AMP) représentent à peine 3% de la surface des océans, il reste donc 7 ans pour atteindre l’objectif fixé.

Établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Écologie, du développement durable et de l’Énergie, basé à Brest, les antennes locales des AMP implantées sur les façades maritimes et en outre-mer,  sont notamment chargées du soutien technique et financier des Parcs naturels marins (PNM).

Tous les quatre ans, le Congrès international des aires marines protégées (IMPAC) rassemble les principaux acteurs du secteur maritime à travers le monde, au-delà des frontières nationales, pour œuvrer ensemble à la protection et au développement durable des océans. Le troisième du nom (IMPAC3), s’est tenu du lundi 21 au vendredi 25 octobre à Marseille, ville partenaire du Congrès. Prés de 1500 participants de 87 nations se sont réunis pour échanger sur la gestion et la protection des océans.

Le lagon et ses jeux interdits

Pêche au djarifa
Pêche au djarifa

« Les aires marines protégées n’opposent pas l’homme et la nature, bien au contraire » assure le compte-rendu de IMPAC 3, il faut seulement « trouver le bon équilibre entre la protection efficace du milieu marin et le développement durable des activités humaines ».

Le conseiller général Said Ahamadi, « Raos », était présent à Marseille. Il justifie l’utilité du PNM en mettant en garde contre un péril : « de nombreux pêcheurs locaux utilisent la dynamite pour ramener davantage de poissons ! La faune et la flore du lagon sont peu à peu détruites ».

Mais pour agir, le Parc Naturel Marin (PNM) de Mayotte, le premier ultramarin, et deuxième sur les cinq français, a besoin de moyens. Or, ils font défaut sur le plan national, et les scientifiques réunis à Marseille ont évoqué plusieurs modes de financement, taxes, fondations privées…

L’Agence des aires marines protégées avait mis à disposition du PNM de Mayotte 1,1 million d’euros de budget global de fonctionnement en 2012. Les moyens humains et financiers augmentent d’une année sur l’autre”… Baker Joma, du Parc Naturel Marin de Mayotte, se veut rassurant, “nous pâtissons plus de notre jeunesse que de manque de moyens”. Le Plan de gestion a effectivement été approuvé en juillet 2013, “et nous allons le déployer”.

A Marseille, les participants ont évoqué  l’urgence d’obtenir un financement pérenne en se penchant sur un exemple plus général, celui des algues : « un champ d’algues laminaires est une ressource exploitable pour l’industrie alimentaire ou cosmétique. Si cet habitat est détruit ou détérioré, les pêcheurs et les industries qui en vivent en seront durement affectés. Mais ce champ d’algues remplit bien d’autres fonctionnalités : c’est une nourricerie pour les poissons, c’est un lieu de loisirs pour les plongeurs, mais c’est également un puits de carbone, indispensable à la régulation du climat. La gestion des aires marines protégées a un coût, mais l’absence de protection et de gestion des océans en aura un bien plus grand ».

Anne Perzo-Lafond

Article précédentSam, star de la nuit
Article suivantMamoudzou en mode artisanat
Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...