24.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilslideSaisie de produits de synthèse : drogue ou médoc ?

Saisie de produits de synthèse : drogue ou médoc ?

L’agent du Conseil général, présumé importateur principal de cannabis de synthèse, a lancé à Mayotte un circuit qui a à peine 5 ans en métropole. Des produits présentés comme inoffensifs, mais apparentés aux drogues dures.

Acteurs lutte drogueLe casse-tête des acteurs publics ressemble à celui qu’a connu la métropole il y a à peine 5 ans. C’est en effet en 2008 qu’apparaissent les « Nouveaux produits de synthèse » (NPS) dont la structure moléculaire copie celle des stupéfiants, en insinuant même un statut légal, assimilables à des médicaments. C’est ce qui pourrait compliquer le libellé des accusations qui pèsent sur 14 interpellés…

« Deux apparaissent comme importateurs et trafiquants », indique le procureur Joël Garrigues qui proposait ce mercredi un point presse en compagnie du chef de corps de la gendarmerie, du directeur de la section de recherche, du commissaire de police et de l’Officier de Douanes Judiciaire.

L’une des deux personnes les plus impliquées, est un agent du Conseil général. Il aurait importé 10 kg de produits. Ils feront l’objet de comparution devant le Juge des Libertés et de la Détention, et de demandes de détention provisoire. « Les autres sont des consommateurs, le juge d’instruction décidera ».

Une législation chinoise permissive

Ces interpellations font suite à 4 mois de travail mobilisant policiers, gendarmes et douaniers, « et ont abouti à la saisie de 3kg de drogue de synthèse, ainsi que 30 000 euros sur compte bancaire et 6 000 euros en objets divers », indiquait le procureur. Ils étaient importés de Chine par voie postale.

Etant donné le statut, « non stupéfiant » des produits saisis, le chef d’inculpation s’apparenterait davantage à une infraction à la législation douanière. Une problématique qui est devenue mondiale puisqu’on dénombre « une nouvelle substance par mois en France, une par semaine en Europe », ainsi que le relate une étude du magasine Tendance.

Gilles Rey, Section de recherche, rapportait 60 saisies à Roissy l’année dernière en provenance de Chine. Une coopération est envisagée à Paris avec la justice pékinoise.

Elle met en avant le défi juridique qui s’impose aux acteurs puisque à chaque interdiction, les trafiquants répondent en créant une nouvelle molécule… Leur vente sur internet, « une trentaine de sites », complique encore la tâche.

Seule la Suède a adopté une législation en se basant sur le risque que peut avoir ces substances sur la santé. Encore très peu d’études ont estimé les effets des NPS, mais Joël Garrigues en énumère certains, « accoutumance, agressivité, infarctus chez les adolescents, troubles psychiatriques… », et en classant les substances comme « proches du crack ».

« La place d’un importateur de ce genre de substance est à Majicavo », assène le procureur, en nuançant malgré tout, « ils risquent 10 ans de prison s’il s’agit de stup, de 3 à 5 ans si on les considère comme médicaments ».

Anne Perzo-Lafond

Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...