27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueilEconomieLes cantines peuvent-elles sauver l’agriculture mahoraise ?

Les cantines peuvent-elles sauver l’agriculture mahoraise ?

Le 1er salon destiné à la restauration scolaire s’est tenu hier à Coconi. Les cantines et les repas de nos enfants pourraient bien sauver l’agriculture de Mayotte.

Chantal Dubos, du lycée de Coconi, organisatrice de ce 1er salon
Chantal Dubos, du lycée de Coconi, organisatrice de ce 1er salon

Fournir 150 salades par semaine à une cantine, combien de maraîchers en sont capables actuellement à Mayotte? C’est pourtant avec des commandes aussi précises, que l’agriculture mahoraise pourrait avancer. Chantal Dubos, gestionnaire au lycée agricole de Coconi, en est persuadée. Partant du constat que d’un côté, les maraîchers mahorais n’arrivent pas à écouler leurs légumes, et que de l’autre, les cantines ne parviennent pas à s’approvisionner sur le marché local, elle a souhaité que tout le monde se rencontre.

Ella a organisé le 1er salon de la filière restauration collective «plaisir de cantine», pour mettre en contact les différents protagonistes du secteur… même si le terme «salon» était probablement exagéré.
«La DAAF (direction de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt) m’a demandé de travailler sur un projet qui permette de structurer les maraichers pour qu’ils arrivent à s’organiser et ne plus planter tous la même chose», précise Chantal Dubos.

4 cantines pourraient changer la donne

«L’idée était aussi de trouver des débouchés aux jeunes en formation. A Coconi, le lycée agricole a une pépinière d’entreprises qui fournit aux jeunes des tunnels de plantation, des itinéraires techniques, des aides à l’installation et à l’approvisionnement en eau… mais au final, ils ne s’installent pas, persuadés de ne pas pouvoir s’en sortir.»
Car il n’est pas facile pour eux d’écouler leur production, quand sur les bords des routes, les bouénis ne vendent quasiment que des légumes importés. Ils doivent aussi faire avec la grande distribution qui est capable de faire venir des containers entiers et propose des produits avec une relative régularité.

Moinaecha MzeSoilihi, chef de cuisine à Mamoudzou et Karine Assoumani Saignie, diététicienne
Moinaecha MzeSoilihi, chef de cuisine à Mamoudzou et Karine Assoumani Saignie, diététicienne

Il existe pourtant à Mayotte des clients importants qui pourraient changer la donne et parmi eux, les cantines. «Il existe 4 cantines actuellement, au lycée de Mamoudzou, à Sada, Kahani et Coconi avec des repas chauds cuisinés sur place ou livrés à partir d’une cuisine centrale. On peut considérer que cela représente près de 2.000 repas par jour à assurer», relève Chantal Dubos.

Malbouffe importée : Catastrophe nutritionnelle

Ces repas sont particulièrement normés. «Les chefs doivent essayer de mettre en place des repas équilibrés, explique Karine Assoumani-Saignié, diététicienne à l’IREPS. C’est ainsi que l’entrée est à base de crudités, le plat doit offrir un apport en protéines, il faut également un produit laitier et un fruit frais»… le tout pour un budget de 3,2€.

On sait aussi à Mayotte que ces repas doivent compenser les déséquilibres nutritionnels : «Il faut par exemple des repas assez allégés en féculents parce que les enfants en mangent beaucoup par ailleurs. En fait, on doit s’adapter à la période de transition alimentaire que connait Mayotte», relève Karine Assoumani-Saignié. L’alimentation traditionnelle a disparu et la malbouffe s’impose à vitesse grand V : il n’est pas rare de voir des enfants avec un paquet de chips et une canette de Cola «Dubaï» au petit-déjeuner… «une catastrophe nutritionnelle !»

Approvisionnements : de pire en pire

Moinaeacha Mze Soilihi est chef de cuisine au lycée de Mamoudzou. Elle sait aussi qu’il faut adapter les quantités, pour aller au-delà des recommandations, car à la cantine, pour beaucoup d’enfants, c’est parfois l’unique repas de la journée. «Moi je dois nourrir 500 élèves. Depuis 2008 que je suis chef de cuisine, je peux dire que le goût des enfants s’améliore, ils s’habituent aux saveurs nouvelles et aux légumes en particuliers. Par contre, pour les approvisionnements, c’est vraiment de pire en pire !»

Les nécessaires rencontres et discussions entre professionnels du secteur de la restauration scolaire
Les nécessaires rencontres et discussions entre professionnels du secteur de la restauration scolaire

Moinaecha a par exemple beaucoup de difficulté à s’approvisionner en bananes ou en manioc… alors que toutes les forêts de Mayotte semblent être victimes de ces cultures qui occupent toujours plus de place.

Un chef étoilé pour cuisiner dans les cantines

C’est la première fois qu’une initiative de cette ampleur tente de faire coller offre et demande et Chantal Dubos, du lycée agricole, sait que ça peut marcher : «On a déjà six familles qui vivent en répondant quasiment exclusivement aux demandes des cantines».

Dans deux semaines, dans le prolongement de ce «salon», les professionnels du secteur pourront suivre une formation en hygiène et sécurité alimentaires, qui consistera en une transmission de règles essentiellement techniques. Et cerise sur le gâteau, début janvier, une session sur les techniques alimentaires est prévue pour faire découvrir tout ce que l’on peut faire avec les produits mahorais. Les chefs de cuisine auront l’occasion de rencontrer… un chef étoilé qui viendra à Mayotte pour cuisiner, avec eux, dans une cantine.
RR
Le Journal de Mayotte

 

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...