24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 19 juillet 2024
AccueilFil infoLynchages de Nosy Be: les travaux forcés à vie requis contre 12...

Lynchages de Nosy Be: les travaux forcés à vie requis contre 12 accusés

Le procureur a requis la peine maximale. Après 3 jours d’audience où les 37 accusés de l’affaire du triple lynchage de Nosy Be sont passés, les uns après les autres, à la barre, le ministère public a requis les travaux forcés à vie pour 12 des 14 personnes poursuivies pour séquestration et assassinat. Parmi eux, un homme identifié sur une photo prise lors du lynchage et qui a reconnu hier jeudi, avoir «fait partie de ceux qui ont incendié le corps des vazahas (étrangers)».

Le Commissariat de Nosy Be
Le Commissariat de Nosy Be

En matière d’assassinat, la loi malgache ne prévoit que les travaux forcés à perpétuité. Mais avec des circonstances atténuantes, l’accusé peut bénéficier d’une peine réduite à 5 à 10 ans.
En revanche, l’avocat général s’en est remis «à la sagesse» de la cour pour les 2 gendarmes poursuivis pour non-assistance à personne en danger et pour les 23 autres personnes accusées de vandalisme ou d’assassinat.

L’audience d’hier a été marquée par le visionnage de 3 vidéos du drame, filmées ce 3 octobre 2013 par des chaînes de télévision et par l’un des gendarmes poursuivis. «On assiste ici à un cas de condamnation à mort sur la base de rumeur de pédophilie et de trafic d’organe», a déclaré André Randranto, le représentant des familles des deux victimes européennes.

Le film de la mise à mort

Ce jour-là, Sébastien Judalet, un touriste français, et Roberto Gianfala, un résident franco-italien, sont roués de coups et leurs corps brûlés sur une grande plage de Nosy Be par une foule déchaînée qui les accuse d’avoir tué un enfant sur fond de trafics et de pratiques sordides. Un 3e homme, l’oncle malgache du garçonnet, avait subi le même sort dans la soirée.

Sur ces séquences filmées, on voit les deux européens jetés à terre, frappés à coups de rondins de bois sur la tête ou encore transportés par les pieds.

Les plaidoiries de la défense ont également commencé. L’avocat des gendarmes a plaidé la relaxe. Pour lui, «les vrais responsables, ce sont le procureur général, le chef de district et le maire qui n’ont pas pris leurs responsabilités et ont tout mis sur le dos de la gendarmerie. Lors des émeutes, tous ces responsables se sont enfuis.»
Les plaidoiries doivent se poursuivre aujourd’hui et le verdict pourrait être connu dès ce soir.

www.jdm2021.alter6.com

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139124
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139124
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139124
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139124
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139124
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139124
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...