27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilFil infoTrois femmes du «gourou» en garde à vue, les foundis mahorais ont...

Trois femmes du «gourou» en garde à vue, les foundis mahorais ont tenté une médiation

Encore des rebondissements dans l’interminable feuilleton autour du «gourou» et de ses «adeptes». Samedi matin, les 16 femmes pour la plupart d’origine mahoraise, livrées à elles-mêmes depuis la mise en examen et l’éloignement de leur mentor et de sa compagne, décidaient de manifester devant la gendarmerie de Saint-Louis. Leur objectif était d’exiger le retour de leur «vénérable» Papa Sané auprès du procureur qu’elles voulaient rencontrer. Déterminées, ces manifestantes ont carrément dormi sur le parking de la brigade.

Manifestation des 16 jeunes femmes devant la gendarmerie de Saint Louis ce samedi 17 octobre (Photo: JIR)
Manifestation des 16 jeunes femmes devant la gendarmerie de Saint Louis ce samedi 17 octobre (Photo: JIR)

Elles ont ensuite passé leur journée à insulter les gendarmes de «racistes» anti-musulmans et d’«incapables», une attitude que les intéressés ont très peu apprécié d’autant que cette manifestation se déroule aussi à côté de leur caserne et donc sous les yeux de leurs familles.

Délogées par les gendarmes

De retour de vacances, le procureur de Saint-Pierre s’est donc déplacé en personne ce dimanche après-midi pour venir à la rencontre de ces femmes et tenter de débloquer cette situation ubuesque. Mais, plus remontées que jamais, les seize femmes sont restées sur leur position, réclamant le retour de M. Sané.
Dans la matinée, la préfecture avait déjà mis en coup de pression en publiant un arrêté qui interdisait cette manifestation.

Trois d’entre-elles, considérées comme les meneuses, ont alors été interpellées et placées en garde à vue pour outrage à personne dépositaire de l’autorité publique (les gendarmes), agressions sonores, manifestation non autorisée et rassemblement interdit par la préfecture.

Le "gourou" déféré au tribunal mercredi 14 octobre à La Réunion (Photo JIR)
Le “gourou” déféré au tribunal mercredi 14 octobre à La Réunion (Photo JIR)

«Le fond de cette affaire est désormais entre les mains d’un juge d’instruction. Ce rassemblement est interdit et le droit doit s’appliquer», soulignait le procureur avec la sous-préfète Christine Geoffroy à ses côtés. Cette arrestation a jeté un froid parmi les manifestantes, vite remplacé par de la colère.

Les foundis mahorais tentent une médiation

Mais le cinéma était loin d’être fini. D’autres meneuses prenaient le relai en recevant, semble-t-il des ordres par téléphone. Elles ont d’abord crié leur mécontentement, en scandant «le procureur viole nos droits», puis ont tenté de faire un barrage devant la gendarmerie mais ont été rapidement délogées par les militaires qui les ont ensuite repoussés, en douceur, à bonne distance de la brigade, pour faire respecter l’arrêté préfectoral… Le tout sous les yeux de plusieurs dignitaires religieux de la communauté mahoraise.

Ces foundis avaient également tenté une médiation plus tôt dans la journée, en vain. Au final, ces femmes, qui ne sont donc plus que 13 depuis l’arrestation de trois d’entre-elles, sont ensuite reparties vers le centre-ville, houspillées par de nombreux badauds qui ne cachent pas leur exaspération.

«Ça fait 15 jours qu’on ne parle que de ça. Au début, il y avait une certaine compassion mais maintenant il y en a ras le bol, confie l’un d’eux. Elles ont insulté les gendarmes mais aussi des passants. C’est n’importe quoi. On craint même que leur cirque provoque des tensions entre les communautés. Ca ne peut plus continuer, il faut laisser faire la justice», pouvait-on entendre dans les rues.
RR
avec le JIR.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139124
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139124
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139124
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139124
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139124
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139124
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...