27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
Accueilorange"Où en est la réorganisation des musulmans de France ?"

“Où en est la réorganisation des musulmans de France ?”

Le sénateur Thani Mohamed Soilihi a interpellé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, en marge du budget Sécurités, ainsi que les musulmans de France, sur les décisions prises lors de la réunion plénière de la nouvelle Instance de dialogue avec le culte musulman le 15 juin 2015.

Thani Mohamed Soilihi sollicite la réaction de la population
Thani Mohamed Soilihi s’interroge sur les actions menées en parallèle des moyens déployés

Le corps de l’intervention du sénateur mahorais portait sur les crédits de la mission « Sécurités » du budget pour l’année 2016. Thani Mohamed Soilihi a mis en parallèle ce que le chef de l’Etat avait évoqué lors de son discours devant le Parlement réuni en congrès à Versailles sur la priorité sécuritaire contre la menace terroriste : « 405 policiers et gendarmes supplémentaires ont été recrutés en 2015 comme en 2014 (…) avec un budget « Sécurités » en hausse de 0,5% en moyenne », en rappelant que ce sont plus de 13.000 policiers et gendarmes qui ont été supprimés par le gouvernement précédent dans le cadre de la révision générale des politiques publiques.

Il rapporte que « ce sont 5.000 postes de policiers et gendarmes supplémentaires qui seront créés et 9.200 gels de suppressions de postes de militaires prévues entre 2017 et 2019. »

Un budget qui empêche naturellement la France de tenir ses engagements de déficit public, « le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité » budgétaire, le sénateur ne nous a pas habitué à citer autant François Hollande.

Amalgames et actes islamophobesMosquée du vendredi de Labattoir 1

Deux éléments sont à extraire de son discours. Il souligne tout d’abord que la dépense supplémentaire de 600 millions d’euros en 2016 engendrées par la mobilisation de nouveaux moyens, a été adoptée sans attendre que l’amendement du gouvernement soit formellement déposé. Ça peut être utile.

Mais il s’interroge surtout sur les leçons tirées des attentats de janvier. Sans décisions rapides à la fois des musulmans de France qu’il invite « à revoir en profondeur et sans tarder leur organisation », et de l’Etat autour d’un « plan d’actions articulé autour du dialogue avec la communauté musulmane, la sécurité des lieux de culte et la formation des imams », les choses ne peuvent que s’aggraver : « les amalgames, la stigmatisation et les actes islamophobes » vont se multiplier, d’ailleurs « des lieux de culte, des commerces ont déjà été vandalisés, et des personnes agressées verbalement et physiquement. »

« Habilitation des imams »Coran livre

Thani Mohamed Soilihi est issu comme il le rappelle d’un département, où plus de 90% de la population est musulmane, et « a une lecture modérée du Coran, en accord avec les lois de la République ». Mais une île qui « n’est pas à l’abri d’une radicalisation de ses jeunes. La jeunesse de la population, vulnérabilisée par le chômage et la précarité, constitue un terreau réceptif aux dérives fondamentalistes véhiculées par les nouveaux moyens technologiques. »

Il appelle donc à tirer les conclusions de la réunion plénière de la nouvelle Instance de dialogue avec le culte musulman s’est tenue le 15 juin 2015. Il interpelle un ministre de l’Intérieur qui avait évoqué un plan d’action tout en s’interdisant de se prononcer sur l’organisation intérieur des cultes en République laïque   : «  Pourriez-vous nous préciser ce qu’il est ressorti de ses travaux ? » Il fait notamment référence à la mise en place d’une « habilitation » des imams pour promouvoir « un islam tolérant et ouvert en France. » Car si on a proposé aux cadis une formation de DU « Valeurs de la République et islam » à Mayotte, il y a peu d’équivalent en France. Surtout, ce sont ceux qui prêchent qui doivent être touchés : les fundis et les imams, qui ne sont pas constitués en clergé, et n’ont donc pas de « formation garantie ».

C’est dans ce domaine qu’il faut agir si l’on veut prévenir des risques d’embrigadement.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139516
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139516
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139516
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139516
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139516
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139516
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...