28.9 C
Dzaoudzi
jeudi 18 juillet 2024
AccueilFil infoDébrayage à la DEAL pour un affront public

Débrayage à la DEAL pour un affront public

Pendant une heure ce mardi matin, les agents de la DEAL, la Direction de l’Environnement et du Logement de Mayotte, sont sortis de leurs bureaux pour exprimer ce qu’ils appellent un « malaise », « vous voyez, il n’y a que des noirs, les blancs ne sont pas là ! », le ton est donné par Hamidou Madi M’colo, délégué syndical FO.

Débrayage d'une partie du personnel de la DEAL
Débrayage d’une partie du personnel de la DEAL

Qui nous explique la situation : dans le cadre d’une suspicion de détournement de produits ménagers, « vendredi dernier, un agent s’est vu interdire de reprendre les courses qu’il avait déposé à la DEAL, par son chef adjoint au Service des moyens généraux. » Il a du produire son ticket de caisse, un affront en public qui n’est pas passé, « nous demandons des excuses, surtout que ne n’est pas la première fois dans ce service. »

Deux poids, deux mesures

Une intersyndicale FSU-CGT-UPCAS-FO s’est donc formée et a rencontré la direction hier, « qui a reconnu l’incident et sa maladresse. » A la connaissance d’Hamidou Madi M’colo, aucun produit ne disparaitrait, « les agents sont bien payés ici, intégrés et indexés », alors qu’un autre agent souligne que « de toute façon, il y a des procédures dans ce cas. »

Daniel Courtin, le directeur de la DEAL, est allé à leur rencontre pendant leur mouvement. Il nous a reçu dans son bureau, expliquant comprendre leur mouvement, « qui est l’expression d’une frustration des agents mahorais. » En effet, dehors, plusieurs d’entre eux comparent la suspicion de vols bénins avec l’affaire Renaudin, du nom de l’ancienne secrétaire générale de la DEAL accusée d’avoir perçue indument plusieurs primes de dizaines de milliers d’euros.

« Je suis contre toute forme de discrimination et de stigmatisation », rajoute Daniel Courtin, qui considère que « si quelqu’un de la chaîne d’encadrement a une remarque à formuler, elle ne doit pas se faire publiquement. Nous allons traiter ce point », affirme-t-il.

Il signale en outre que la place de l’agent mahorais sera élargie dans le cadre du réexamen en cours du projet de service, « qui donnera lieu la semaine prochaine à un séminaire avec l’élaboration de plans de qualification. »

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...