27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 16 juin 2024
AccueilorangePremière promotion de gendarmes locaux à Mayotte

Première promotion de gendarmes locaux à Mayotte

« Recruter localement, former localement pour être actif localement, c’est l’objectif que nous visons à terme”, indique le colonel Jean Gouvart. Pas une grosse promotion, mais des gendarmes qui auront au moins l’expérience du terrain, tout en acquérant celle du métier.

En compagnie de leur instructeur l'adjudant Thévenin
En compagnie de leur instructeur l’adjudant Thévenin

C’est la première fois qu’une formation initiale de gendarmes adjoints volontaires est organisée à Mayotte. En l’absence d’école dans les départements d’outre-mer, c’est un instructeur qui se déplace sur place. C’est donc l’adjudant Thévenin, détaché de l’école de Montluçon, qui est arrivé à Mayotte le 19 octobre dernier pour conduire la formation de deux mois.

Au départ, 50 dossiers ont été retenus, mais après plusieurs sas, seuls 8 répondaient aux critères, dont 7 étaient reçus et recevaient ce vendredi matin leurs képis. Une cérémonie qui se déroulait en présence du colonel Jean Gouvart, du procureur Joël Garrigue, de la sous-préfète Florence Ghilbert-Bezart, du chef de corps du DLEM et du maire de Pamandzi Mahafourou Saïdali, et des familles des nouveaux gendarmes.

« Pas des plus reposants ! »

Les chefs de corps du DLEM et de la gendarmerie encadrent le maire de Pamandzi, la directrice de cabinet ud préfet et le procureur
Les chefs de corps du DLEM et de la gendarmerie encadrent le maire de Pamandzi, la directrice de cabinet ud préfet et le procureur

C’est la découverte conjointe de la vie professionnelle et des valeurs militaires qui ont motivé ces jeunes : « ils ont tous le Bac, et l’un d’entre eux a une licence », explique l’adjudant Thévenin. Les jeunes se sont engagés pour 2 ans, suivis d’un contrat de trois ans renouvelable une fois. Pendant ce laps de temps, ils peuvent préparer un concours de sous-officier, ou une reconversion, « notamment dans les métiers de la sécurité », précise le colonel Gouvart.

Ils seront 5 à se confronter au terrain, dont deux, Samir-Ben Saïd et Abdoul Karim Madi, sont affectés à la brigade de Mamoudzou, « une brigade pas facile qui couvre Dembéni et Koungou, pas des plus reposant ! », met en garde le commandant de la gendarmerie, deux autres , Soudayssi Soulaimana et Abdou Rahamane Madi, au Peloton de surveillance et d’intervention (PSIG) de Mamoudzou, « où il faut avoir la pêche, être prêt à bondir », alors qu’Andriniaina Leroy partira seconder le maître chien en Petite Terre. Les équipes cynophiles sont chargées de la recherche de personnes disparues, et de découverte de produits stupéfiants, d’armement ou de fausse monnaie.

C’est dans des fonctions logistiques que sont affectés Ahamadi Daoudou, à l’immobilier, et Naouir Houmadi, à la section équipement logistique.

Appel aux candidatures locales

Fierté des familles
Fierté des familles

Avoir dans ses rangs des militaires qui possèdent la connaissance du terrain, de la culture ou de langue, est un atout indéniable : on a souvent vu au cours de manifestations des gendarmes mobiles quelque peu décontenancés par la hauteur de décibels du verbe local ou par des réactions de foule. A Mayotte comme dans les autres territoires ultramarins, d’ailleurs. C’est pourquoi « la Guyane avait initié ce processus de formation in situ, la Nouvelle Calédonie avait suivi le mouvement. Mayotte est donc le troisième territoire à l’organiser », précise le colonel Gouvart.

Pour autant, difficile selon lui de mettre en place une école de gendarmerie sur l’île : « Il faut une logistique énorme. De plus, nous avons déjà eu du mal à trouver des candidats pour cette première formation. Nous continuons à herche des candidatures locales pour le prochain stage en 2016. »

Cérémonie de remise de képis. Ici Joël Garrigue
Cérémonie de remise de képis. Ici Joël Garrigue

Parallèlement, le nombre de réservistes mahorais est croissant, « prés de 35 actuellement, et nous en ciblons 80 l’année prochaine. On a d’ailleurs pu les voir défiler lors de la dernière cérémonie du 14 juillet. »

En enfin, deux gendarmes mahorais ont accédé à des postes à responsabilité ces deux dernières années : le major Boura, 1er sous-officier, et le lieutenant Hambaly, commandant de brigade.

Et elles ont encore des visages d’anges, ces nouvelles recrues. « Je suis fier de ce que mon fils a décidé d’entreprendre »… une maman était émue ce vendredi lors du garde-à-vous des nouveaux gendarmes pendant l’envoi des couleurs.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...