22.9 C
Dzaoudzi
samedi 20 juillet 2024
AccueilorangeEtat d’urgence : le temps des contestations

Etat d’urgence : le temps des contestations

L’état d’urgence décrété depuis les attentats du 13 novembre continue à soulever des critiques. Alors qu’en métropole l’assignation à résidence de sept militants écologistes peut poser un problème de constitutionnalité, à Mayotte, la Cimade s’élève contre l’intensification de la lutte contre l’immigration clandestine.

Seymour Morsy décline l'état d'urgence à Mayotte
Seymour Morsy avait détaillé l’état d’urgence à Mayotte

L’état d’urgence décrété après les attentats du 13 novembre, a engendré “un certain nombre de dérives”, a déclaré ce mardi matin sur France 2 le Défenseur des droits Jacques Toubon. Il évoquait notamment les nombreuses perquisitions administratives sans encadrement judiciaire.

A la suite des attentats meurtriers, François Hollande et Manuel Valls avaient modifié la loi de 1955 sur l’état d’urgence pour faciliter les assignations à résidence, et sans passer par le Conseil constitutionnel. Mais à la suite de la COP21, 7 militants écologistes avaient été assignés à résidence, et leurs avocats ont soulevé un problème de constitutionnalité.

Le débat porte sur l’article 6 de la loi qui précise que « Le ministre de l’intérieur peut prononcer l’assignation à résidence, dans le lieu qu’il fixe, de toute personne résidant dans la zone fixée par le décret mentionné à l’article 2 et à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l’ordre publics », ce qui n’est pas le cas pour la défense des militants. La décision sera rendue le 22 décembre, et sera déterminante pour les 354 personnes actuellement assignées à résidence en France.

« Migrants comparés à Daech »

Un kwassa arraisonné par la marine nationale en mai 2014
Un kwassa arraisonné par la marine nationale en mai 2014

Même écart entre la loi et la réalité, revendique la Cimade à Mayotte en ce qui concerne la lutte contre l’immigration clandestine : « La mise en œuvre de l’état d’urgence nécessite, selon la loi, qu’il y ait un ‘péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public’ ou des événements ‘présentant, par leur nature et leur gravité, le caractère de calamité publique’. »

Or, la Cimade rappelle que le préfet avait annoncé un renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine, dans le sens « des mesures prises dans le cadre de l’État d’urgence ». L’association dénonce de manière virulente cette association d’idées en évoquant « l’accusation implicite comparant des migrants essentiellement attirés par Mayotte pour des raisons sanitaires et économiques, aux exécutants de Daech. »

Des expulsions inefficaces

Cimade banderole
Cimade banderole

Reprenant le texte de loi, elle réfute également « la considération des migrations vers Mayotte- phénomène existant de longue date et que n’a pas entravé le visa Balladur -comme un péril imminent ou une calamité publique, pour reprendre les conditions de fond stipulées dans l’état d’urgence. »

En utilisant des phrases-choc, c’est une nouvelle fois l’amalgame entre immigration et délinquance que déplore la Cimade, « désormais devenue menace terroriste, face à laquelle même l’armée est mobilisée », pour évoquer le recours au patrouilleur et aux moyens aériens des FAZSOI.

« L’état d’urgence permet aux politiques locales d’être de plus en plus répressives à l’égard des immigrés, alors que l’efficacité même des expulsions massives pratiquées maintenant depuis de nombreuses années à Mayotte a été contestée par des institutions telles que la commission des lois du sénat et la Cour des comptes, avec un coût que l’on fixe entre 50 et 70 millions par an », reproche la Cimade.

En appelant à « l’arrêt immédiat de toute communication des autorités renforçant l’amalgame entre immigration et terrorisme et à l’abandon de la politique répressive de contrôle des frontières des autorités françaises, qui ne fait que cacher une absence criante de réflexion de fond sur l’amélioration de la situation de Mayotte et de l’archipel des Comores. »

Si la population souffre de la pression migratoire, un bilan de l’échec des expulsions n’a jamais été fait, des coûts sont avancés, mais sans les mettre en face du taux de personnes qui reviennent plusieurs fois.

A.P-L.
Le Journal de Mayotte

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139518
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139518
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139518
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139518
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139518
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139518
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...