25.9 C
Dzaoudzi
jeudi 13 juin 2024
AccueilorangeApplication du code du travail: Il va falloir suivre !

Application du code du travail: Il va falloir suivre !

"Il y a eu accélération du rattrapage", constate Dominique Ledemé
“Il y a eu accélération du rattrapage”, constate Dominique Ledemé

Tout d’abord, et au regard des tensions sociales de ce mois provoquées par la demande d’application immédiate du code du travail national par les syndicats, penchons nous sur la méthode de travail adoptée par la Dominique Ledemé et par la Dieccte.

Un représentant de chaque organisation syndicale et organisation professionnelle est présent à tous les groupes de travail. Après présentation par un représentant du ministère du travail, les partenaires sociaux devront rendre un avis dans les 3 mois. Le consensus est recherché, mais si ce n’est pas le cas, l’avis de chacun sera enregistré.

Les échanges de la semaine auront permis de lister des dispositions du code du travail national incompatible à première vue, avec l’identité de Mayotte, « dans ce cas, ces points peuvent être différés ou inscrit en disposition spécifiques à Mayotte comme c’est le cas pour les autres DOM », observe Dominique Ledemé.

Nombreux rattrapages

Discussions entre le Medef et les organisations syndicales en décembre 2015
Discussions entre le Medef et les organisations syndicales en décembre 2015

Il s’agit notamment des dates de congés payés, obligatoirement pris entre le 1er mai et le 31 octobre en métropole, « une saisonnalité inverse à celle de l’hémisphère sud », ou des 5 jours fériés dont la fête de l’esclavage ou de l’Ide el Kébîr, ou encore de l’échéancier de rattrapages des cotisations CSSM qui se poursuit jusqu’en 2036. « Même si nous abandonnons le SMIG au profit du SMIC en 2018, les charges ne seront les mêmes qu’en 2036. »

« Tout n’avait pas été fait en temps utile », avait lancé en décembre Dominique Ledemé, pratiquement de concert avec la ministre Pau-Langevin.

Le mouvement de grogne des syndicats mahorais avait mis les cerveaux des ministères parisiens en ébullition, puisque de nombreux rattrapages ont été accélérés ces derniers mois : « Beaucoup d’ordonnances et de décrets ont été pris, comme l’application de l’immersion professionnelles pour tous les demandeurs d’emploi qui en font la demande, ou la garantie de salaires en cas de licenciement pour redressement judiciaire. » Et à venir les tickets restaurant ou les contrats de génération.

Travail temporaire : classé en attente

Monique Grimaldi, directrice de la Dieccte, et Dominique Ledemé cherchent les outils de formation adaptés
Monique Grimaldi, directrice de la Dieccte, et Dominique Ledemé cherchent les outils de formation adaptés

Une certitude, si le ministère du travail est souverain dans ses publications, elles impliquent l’accord des partenaires sociaux. « Par exemple, le travail temporaire était sujet à polémique, l’organisation patronale y étant favorable, les partenaires sociaux moins. La décision est donc différée. » Leur position s’est assouplie à l’issue d’un échange, « mais ils souhaitent que l’application soit encadrée. On a conseillé la mise en place d’un observatoire du travail temporaire. »

Cette semaine le travail portait sur les « relations individuelles collectives », « telles que les dispositions du règlement intérieur, les procédures disciplinaires ou la mise en place des prud’hommes. »

Partenaires particuliers

Notre code mahorais a un socle commun avec le code du travail national, « environ un quart des dispositifs », comme le droit syndical ou les congés payés. « Pour adapter le reste, il va falloir être formé », souligne Dominique Ledemé, « et les organisations professionnelles et syndicales doivent muter en des partenaires sociaux. Ça s’apprend. » La concrétisation n’est pas toujours au rendez-vous d’ailleurs lorsqu’on regarde les relations entre syndicats nationaux de salariés et de patronat… Espérons que Mayotte fasse mieux. Ils doivent d’ailleurs donner une proposition avant le 31 juillet.

Pour apprendre à dialoguer et à interpréter les textes de la même façon, il faut être formés : « nous réfléchissons à l’application d’outils qui existent en métropole. »

D’autre part, ce n’est pas parce que le code du travail s’applique que les conventions collectives* seront automatiquement déclinées : « le chef d’entreprise ou les partenaires sociaux doivent en faire la demande, et leur champ d’application doit être prévu dans le DOM concerné. C’est un point important car de nombreuse dispositions du code du travail renvoient aux conventions collectives », appuie Dominique Ledemé.

Il programme actuellement son prochain déplacement dans ce territoire qu’il connaît pour avoir été le directeur adjoint de la DTEFP (ancêtre de la Dieccte) Mayotte en 1990.

Anne Perzo-Lafond
La Journal de Mayotte

*Une convention collective est un texte signé par un groupement d’employeurs et une ou plusieurs organisations syndicales de salariés pour établir un ensemble de conditions d’emploi et de travail ainsi que de garanties sociales.
Il permet de compléter les règles du droit du travail applicables aux salariés en fonction des caractéristiques propres à un métier, une branche professionnelle, une zone géographique, etc. Ils contribuent donc à définir le régime juridique applicable aux salariés d’une entreprise en matière de droit au travail.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...