26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 21 juillet 2024
AccueilorangeLa mobilisation continue, "5 heures de perdues" avec la ministre

La mobilisation continue, "5 heures de perdues" avec la ministre

Annick Girardin à l'issue de la rencontre avec les leaders syndicaux ce mardi soir
Annick Girardin à l’issue de la rencontre avec les leaders syndicaux ce mardi soir

On sentait une évolution dans le discours de Fatihou Ibrahime, un des leaders de la manifestation hier qui a négocié avec ses collègue pendant plus de 5h avec la ministre Annick Girardin mardi soir. Si au sortir de la réunion il se réjouissait d’un dialogue renoué avec l’Etat, il parle désormais de “mascarade”.

Il a toujours expliqué en revanche devant les médias que leur décision serait soumise à l’approbation de la population. Et celle des autres leaders. “C’était une proposition de suspension, et non une décision”, indique-t-il pour traduire l’accord de principe “non signé” qui s’est noué mardi soir.

La réunion qui s’est tenue ce mercredi à Tsingoni  aura été très débattue autour de la reprise ou non du mouvement. C’est le “oui” qui l’a emporté avec une donnée “qui ne se négocie pas”, “la sécurité”. Il faut dire que les explosion violentes de Mtsapéré alors que la ministre était encore sur le territoire n’a pas œuvré à calmer les esprits. Rappelons qu’un nombre record de forces de l’ordre est à Mayotte, alors qu’on a vu des citoyens devoir s’armer de bâtons pour se défendre…

Il accuse la ministre d’avoir soigné sa com en publiant un communiqué annonçant la suspension de la grève dès la fin de la réunion, “5heures de perdues!”. La mobilisation continue donc, et ne sera suspendue que lorsque nous aurons un vrai interlocuteur.” Qui est ?… “Au gouvernement de décider ! “

Le mode opératoire sera le même, “des barrages maintenus, mais aussi de nouvelles actions”. Quand aux véhicules de secours, “il  a toujours été question de les laisser passer, ça ne changera pas.”

Quant aux élections législatives, elles sont menacées, ne serait-ce que les déplacements vers les lieux de vote qui sont impossibles dans l’état des barrages, mais aussi pour déposer la balle dans le camp de l’Etat.

Un parfum d’octobre 2011 flotte dans l’air, quand les accords étaient aussitôt dénoués par la “base”…

Anne Perzo-Lafond
jdm2021.alter6.com

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139518
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139518
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139518
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139518
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139518
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139518
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...