31.9 C
Dzaoudzi
lundi 22 avril 2024
AccueilFil infoDes magistrats boycottent l'audience solennelle

Des magistrats boycottent l’audience solennelle

Les magistrats de l’Union syndicale des magistrats exerçant à Mamoudzou ont décidé de refuser de siéger lors de l’audience solennelle de rentrée prévue ce jeudi.

“Nous nous mobilisons contre certaines conséquences de la loi de programmation pour la justice et de réforme de la justice 2018-2022
La loi de programmation pour la justice : quelles conséquences ?

Une justice onéreuse :
⁃ Disparition de la déclaration au greffe et assignation obligatoire (frais d’huissier à avancer : 50 euros minimum). En outre, sur notre territoire, les huissiers, déjà surchargés, pourront-ils faire face ?
⁃ Généralisation de la médiation/ conciliation avec déploiement de plateformes en ligne, payantes
⁃ Généralisation de la représentation par avocat obligatoire, or certains justiciables n’ont pas droit à l’Aide Juridictionnelle, sans pour autant avoir les moyens de s’offrir un conseil.

Une justice déshumanisée :
⁃ Consolidation du dispositif de visio-conférence
⁃ Disparition des audiences dans certains contentieux.

Une justice éloignée et illisible :
⁃ Spécialisation des tribunaux dans certains contentieux, avec création de déséquilibres entre les territoires puisque tous les « tribunaux judiciaires » n’auront pas les mêmes compétences,
⁃ Disparition du tribunal d’instance juridiction spécialisée et efficace (délais de traitement à 04 mois) mais création du « tribunal de proximité », dont on ne sait pas exactement quelles seront ses compétences puisqu’elle dépendra des chefs de Cour et de juridiction.
Une justice qui n’aura plus les moyens de remplir son office :
⁃ Disparition quasi généralisée de la collégialité, parfois même en appel,
⁃ Création d’une juridiction nationale pour les injonctions de payer : comment quelques magistrats et 2 douzaines de greffiers pourront traiter efficacement les 500 000 dossiers nouveaux annuels ?
⁃ Création de la « comparution différée », entre la comparution immédiate et l’ouverture d’information : mais si on fait du parquet un juge d’instruction bis, encore faut-il qu’il ait les moyens, notamment humain de suivre ces dossiers où des actes d’enquêtes sont nécessaires.”

 

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139517
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139517
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139517
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139517
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139517
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139517
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...