27.9 C
Dzaoudzi
lundi 27 mai 2024
AccueiljusticePas de clémence pour les évadés de Majicavo

Pas de clémence pour les évadés de Majicavo

Le 25 juin 2017, quatre détenus tentaient une évasion spectaculaire de la prison de Majicavo. Trois ont été repris, le quatrième est présumé en cavale aux Comores et fait l'objet d'un mandat d'arrêt. La tentative a été sanctionnée de prison ferme.

En quelques minutes la promenade est devenue cavale. Le 25 juin 2017, un an après une autre évasion improbable, quatre détenus se font la malle, par effraction. Alors qu’ils sont en promenade, détenus pour des faits de nature criminelle, l’un d’eux fait signe à un complice situé à la fenêtre de sa cellule. Le complice lui envoie un drap. Aussitôt, le meneur supposé découpe le grillage de la zone de promenade, et avec trois autres codétenus, il entreprend d’escalader les autres grillages qui les séparent de la liberté.

Tous les présents au procès nient avoir prémédité l’évasion. “J’étais en promenade, j’ai vu des  collègues qui s’enfuyaient, j’ai saisi l’occasion” déclare l’un d’eux, sans trop convaincre.
Pour deux d’entre eux, la tentative sera un échec cuisant : ils seront arrêtés immédiatement. L’un est même gravement blessé par les barbelés et la lourde chute qui s’ensuit. Multiples fractures, plusieurs semaines d’ITT.

Un des prévenus refuse d’être entendu

L’autre, visé par deux procédures criminelles est actuellement détenu à La Réunion. L’affaire avait été renvoyée en août dernier pour pouvoir le juger en visio-conférence. Ce mercredi, il a néanmoins refusé cette mesure technique, réclamant d’être présent au tribunal de Mamoudzou. Sa requête refusée, il a été reconduit en cellule à Domenjod et jugé en son absence.

Le troisième sera repris un mois après l’évasion, identifié par une patrouille alors qu’il était dans la rue. A la barre, ce dernier explique avoir voulu s’évader pour retrouver sa copine, avant de se laisser rattraper car elle l’avait quitté.

Le dernier, celui qui avait récupéré le drap, est a priori en fuite aux Comores. C’est le seul pour qui le parquet a requis de la prison ferme pour cette évasion. Mais le président est allé au delà des réquisitions. Les trois détenus rattrapés écopent de 8 mois ferme, ce qui couvre leur détention provisoire. Le fugitif prend un an avec un mandat d’arrêt.

Y.D.

5 Commentaires

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...