26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieNouveaux impôts : la population a la parole

Nouveaux impôts : la population a la parole

Une semaine en chiffre pour Daniel Zaïdani qui pilote de concert les revendications départementales sur la réforme fiscale 2014, et la mise en place de la fiscalité de droit commun à Mayotte sur laquelle la population était invitée à s’exprimer hier.

Menace ou  espoir de future autonomie financière selon que l’on se place du côté du contribuable ou des communes, les nouvelles dispositions du Code des Douanes, du Code général des Impôts ou du livre des procédures fiscales ont été regardées à la loupe depuis le début de l’année par deux cabinets financés par le Conseil général, le local Mze Conseil, Guillaume Jaouen, et le bordelais CMO, Philippe Nikonoff.

Guillaume Nikonoff
Philippe Nikonoff

Du projet d’ordonnance du gouvernement, chaque acteur pourrait décliner des avantages et des inconvénients, mis en musique ce mardi 17 spetembre par les conseils du président Zaïdani, qui a trouvé là de parfaits porte-paroles en pourfendeurs de l’Etat sur ce dossier…

Du côté des avantages et inconvénients, les particuliers tout d’abord, bénéficient d’un abattement d’impôt sur le revenu de 40% plafonné à 6700 € et d’une prime pour l’emploi, mais devront acquitter les taxes d’habitation, « dont 80% de la population devrait être exonéré », la CSG et l’ISF. Une CSG exigible sur les revenus du patrimoine et de placement seulement.

L’arrivée de la taxe foncière pour les propriétaires pose plusieurs problèmes dont celui de la titularisation. Mais surtout, « propriétaire foncier ne rime pas avec richesse à Mayotte où le PIB est inférieur à 7000€ par habitant, contre 15 000 à 20 000€ pour les autres DOM ». Le Conseil général appelle à un démarrage au taux le plus bas possible, « à un tiers du taux des autres DOM, soit 10%, pour ne pas décourager les régularisations foncières ». Les propriétaires sans titre ne paieront qu’après régularisation.

Les entreprises devront également acquitter la taxe foncière, ajoutée à la  Contribution Economique Territoriale (CET) qui prend le relai de la patente, ainsi que la taxe sur les salaires. « Il manque 3000 entreprises sur l’île pour arriver au ratio par habitant de la métropole » constate Guillaume Jaouen. La réponse gouvernementale est arrivée sous la forme d’une Zone Franche d’Activité que le conseil verrait plutôt prendre la forme d’une Zone Franche Urbaine avec davantage exonérations de tarifs et de charges sociales, et étendue à l’ensemble de l’île, « pour à la fois attirer et fixer les entreprises ».

La balle dans le camp des parlementaires 

La taxe douanière est remplacée par l’Octroi de mer dont les taux seront fixés dans quelques semaines par le Conseil général. Les recettes seront réparties entre les collectivités.

Le public qui remplissait un hémicycle Younoussa Bamana studieux réagissait différemment à cette fameuse fiscalité enfin dévoilée. « Vous nous interpellez alors que tout est joué ! » regrettait Saïd Youssoufou, président de l’Union Professionnelle artisanale. Même réflexion du côté de Mo Kalfane, Cabinet d’experts comptables MOI, qui regrettait que le Centre de gestion agréé de Mayotte n’ait pas été consulté. « De plus, les nouveaux impôts, comme la CSG à 15,5% sur les ventes des entreprises, seront prélevés sur les revenus 2013 ! Personne n’était informé ! ».

« Je m’insurge contre l’absence de nos élus ! » s’exclamait un habitant… et de fait, pas un maire n’était présent, eux qui sont chargés de fixer les taux d’imposition des taxes qui iront abonder les caisses des communes. A noter que les sommes que ne pourront pas verser les contribuables modestes seront compensées par l’Etat.

Les observations et préconisations ont été faites alors que le 1er ministre doit signer le texte qui encadrera la fiscalité locale pour Mayotte aujourd’hui même. « Si les préconisations ne sont pas prises en compte, la balle sera dans le camp de vos parlementaires qui pourront en demander des améliorations ».

A. P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...