29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEducationLa réussite scolaire passe par l’implication des parents à l’école

La réussite scolaire passe par l’implication des parents à l’école

Destinée à lutter contre l’échec aussi bien scolaire que de la parentalité, l’opération « Parents, l’école a besoin de vous ! » du Vice-rectorat, accueillait les parents d’élèves dans les établissements scolaires ce samedi 28 septembre.

Des élèves délégués accueillaient les parents
Des élèves délégués accueillaient les parents

« Notre but est de nous rapprocher des familles, qui ne sont pas forcément démissionnaires, mais qui ont décroché parce qu’elles ne possèdent pas les clefs de l’école » annonçait François Coux, le vice-recteur, accompagné par deux parlementaires Thani Mohamed Soilihi et Boinali Saïd Toumbou, dans sa visite du collège de M’Gombani.

A la tête de cet établissement qui fait souvent figure de référence à Mayotte (il sera pilote pour le logiciel « Pronotes », consultation des notes par internet), Richard Barbé avait su contacter les parents, « par le carnet de notes, les associations de quartier », et, fait nouveau, « 1800 sms ont été envoyés ! ». Pas mal pour un établissement de 1650 élèves !

La présentation des enjeux éducatifs précédait les échanges sur les attentes des enseignants. Les salles de classe étaient combles, les questions nombreuses… du poids des cartables au niveau réel de l’enseignement “avec trois élèves qui ne savent ni lire, ni écrire le français en 6ème”, et de l’échec scolaire qui en découle, remettant sur le tapis les classes de niveau : « ce serait restaurer une forme de colonialisme ! » pour le vice-recteur qui répondait « pédagogie différenciée ». Mais pour qu’elle se mette en place, il faut résoudre un problème de taille : « le manque de moyens humains alors que les finances sont là ».
Le recul de l’attractivité de Mayotte se mesure au manque de 1000 professeurs titulaires cette année, « et nous n’avons reçu que 80 dossiers d’emploi d’avenir professeur pour 140 attendus ».

“L’Education nationale fabrique ses propres échecs »

François Coux ne s’en cachait pas : « nous fabriquons nous mêmes l’échec des élèves en 6ème dès le primaire ! ». Pour y pallier, plusieurs leviers sont mis en place dès cette année pour le 1er degré.

L’implication des parents dans la scolarité de leurs enfants est attendue comme une clef de leur réussite scolaire, mais aussi la réaffirmation du rôle de l’adulte à la maison, et plus largement dans la société, arme de poids contre la délinquance : « vous êtes de plus en plus contestés à la maison, et la télévision, avec l’arrivée du satellite, reste en permanence allumée. Un enfant doit se détendre en rentrant de l’école, faire ses devoirs, dîner et dormir… sous peine d’être épuisé ensuite en classe ».
La déficience d’autorité se répercute sur les sorties nocturnes de très jeunes enfants, « à ce rythme, dans 10 ans, le degré d’insécurité amputera les apprentissages ».

L’absence cruciale de cantine était reprochée, « à raison » selon le vice-recteur qui glissait malgré tout que ce n’était pas une prérogative de l’Education nationale, « il y a 86000 élèves à nourrir à Mayotte ! ».
L’implication des parents passe aussi par la revalorisation de la place des associations de parents d’élèves comme la FCPE ou l’APEP, mais aussi par un effort de communication écrite, très déficient à Mayotte, des établissements vers les parents.

Il est encore trop tôt pour tirer un bilan de cette action qui a concerné l’ensemble des établissements secondaires de l’île, mais une maman d’élèves se disait très concernée : « avec mon fils, c’est moi qui entre à l’école quand je lui fais réciter ses leçons ».
A.P-L.

Le SNES FSU s’insurge contre le manque de concertation
Un communiqué envoyé par le syndicat SNES FSU de Mayotte traduit la grogne des enseignants de ne pas avoir été associés à l’organisation de cette journée. Thierry Wuilliez, le secrétaire départemental, s’interroge sur la nécessité que « tous les établissements doivent à ce point banaliser une demi-journée (…) afin d’établir une relation parents-professeurs qui est partout institutionnalisée ». Ce n’est pas le ressenti de tous les professeurs que nous avons interrogés, qui étaient demandeurs d’une telle initiative qui s’est terminée par un voulé dans un collège. « La réaction du SNES ne donne pas une bonne image du corps enseignant » se contentait de commenter François Coux.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

2 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...