26.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilSantéBriser le silence

Briser le silence

« La première fois que j’ai rencontré un sourd sur la barge, il n’osait pas utiliser la langue des signes parce que les gens se moquaient de lui » se rappelle Agnès Ramdé, la directrice de l’ADSM, l’Association des déficients sensoriels de Mayotte. « Traditionnellement, ici, on se moque des sourds alors que les déficients visuels sont, au contraire, considérés comme des enfants bénis par les familles » poursuit Agnès Ramdé. Lentement, pourtant, les mentalités évoluent, les esprits s’ouvrent à cette différence. Alors, pour accélérer les choses, l’association a souhaité organiser un événement ce week-end à l’occasion de la journée mondiale des sourds. Pour la première fois, les sourds et les muets se sont installés à proximité de la barge pour mener des actions de sensibilisation.

Atelier d'apprentissage de la langue des signes à proximité de la barge, samedi matin à mamoudzou
Atelier d’apprentissage de la langue des signes à proximité de la barge, samedi matin à Mamoudzou

Leur premier message : les sourds ne sont pas muets. « La surdité n’empêche pas de parler, explique Julie Mingot, salariée à l’ADSM. Moi, par exemple, je suis née avec une surdité légère qui s’est aggravée au fil des années. Après plusieurs passages chez les docteurs qui soupçonnaient des tas d’autres choses, j’ai finalement été appareillée à l’âge de 6 ans. Le fait que j’entendais un peu puis le port des appareils ont facilité mon apprentissage du langage ».
Pour les sourds, un diagnostic précoce est donc essentiel et malheureusement, à Mayotte, ce travail est loin d’être encore optimal. Certes, les maternités ou les PMI peuvent soupçonner la surdité d’un bébé et ainsi l’orienter vers des prises en charge. Mais c’est encore trop souvent à l’école que l’on se rend compte de la surdité d’un enfant.

Tous les enfants doivent pouvoir s’intégrer

L’autre problème majeur est l’accès à un appareillage auditif. « Il n’y a pas d’audioprothésiste présent en permanence à Mayotte, constate Julie Mingot. Il vient de La Réunion pour réaliser les empreintes de l’oreille et revient, lors de sa mission suivante avec les appareils ». Mais tous les enfants diagnostiqués ne sont pas concernés. Seuls, ceux qui bénéficient de la sécurité sociale y ont accès. Pour les autres, même lorsque les familles sont prêtes à débourser les 700 euros nécessaires, il n’est plus possible d’acquérir les appareils. Ses enfants, souvent comoriens, sont alors obligés de rentrer dans leur île natale pour être pris en charge par le programme de coopération régionale. « Dans l’esprit de l’association, rappelle Agnès Ramdé, tous les enfants doivent pouvoir être appareillés à Mayotte pour qu’ils puissent s’intégrer dans la société ». Ce qui est loin d’être le cas.

[hana-flv-player video=”https://migration.lejournaldemayotte.com/wp-content/uploads/2013/09/Briser_le_silence1-1-1.mov” width=”250″ height=”auto” description=”” player=”3″ autoload=”true” autoplay=”false” loop=”false” autorewind=”true” /]

En attendant, l’association travaille à de nombreux projets. Après l’ouverture l’an dernier d’un établissement médico-social qui accompagne les jeunes sourds mais aussi les jeunes aveugles dans leur scolarité ou leurs loisirs, l’ADSM souhaiterait mettre en place des crèches mixtes pour accueillir, dans un même lieu, des enfants déficients sensoriels ou non. « Ces crèches seraient un très bon moyen de dépasser les a priori et d’apprendre aux plus petits à vivre ensemble qu’ils soient porteurs ou non de handicap. »
L’association a recensé plus de 200 personnes concernées par un handicap sensoriel, qu’il soit visuel ou auditif, à Mayotte. Mais nombreux sont probablement ceux qui ne se déclarent pas. Continuer à sensibiliser inlassablement au handicap permettrait donc aussi de disposer de chiffres plus réalistes.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139114
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139114
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139114
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139114
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139114
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139114
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...