26.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilSantéSanté à Mayotte : incertitudes sur la politique de l'Etat

Santé à Mayotte : incertitudes sur la politique de l’Etat

L’attractivité du territoire passe par des mesures pécuniaires pour l’ensemble du corps médical qui s’interroge sur la volonté politique de sauver le système de santé à Mayotte.

Bientôt une denrée rare ?
Bientôt une denrée rare ?

Ce sont les libéraux qui ont donné le « la » du mouvement, que les médecins hospitaliers ont décidé d’embrayer. Les premiers demandent l’application d’une convention médicale qui leur permettrait de prétendre à une retraite à la hauteur de ce qu’ils seront bientôt imposés, alors que les seconds réclament une meilleure attractivité à travers une prime de 5 mois par an non fiscalisée sur quatre ans. Une sorte d’indemnisation pour service rendu selon Gérard Javaudin, vice-président du Syndicat des praticiens hospitaliers, « Mayotte ne disposant pas d’un plateau technique capable de valoriser les actes médicaux lors du retour du médecin en métropole ». Sans compter les problèmes scolaires pour les enfants, la cherté de la vie…
Le point commun du mouvement : la désertification médicale, avec vingt fois moins de médecins libéraux qu’en métropole, et 60% de déficit en effectifs pour le Centre Hospitalier de Mayotte. Le corps médical dans son ensemble explique que les revendications ont été portées auprès du gouvernement depuis un an.
« Pourquoi les mesures des autres DOM ne se généralisent-elles pas à Mayotte ? » s’interroge le docteur Abdeli Ouadah, du syndicat des médecins libéraux de l’île… une réflexion qui, par sa proximité de vue, doit faire sourire les leaders du mouvement en faveur de l’indexation des indemnités de la fonction publique.

Les mercenaires de la santé

Ce n’est pas seulement une départementalisation trop progressive et tellement adaptée qui est dénoncée, mais surtout l’orientation de la politique de l’Etat. « On veut laisser mourir la médecine libérale pour la remplacer par la médecine hospitalière ! » proteste Abdeli Ouadah qui en appelle tous azimuts à Paris : questions écrite et orale au gouvernement proposées au député Boinali Said Toumbou, demande d’un entretien avec Frédéric Van Roekeghem, directeur général de la Caisse Primaire d’Assurance maladie…
De fait, Mayotte est un territoire qui remplit ses 17 dispensaires, « mais les patients consultent de plus en plus nos cabinets » indiquent les médecins.
« Il n’y a pas de lecture transparente de la politique de l’Etat à Mayotte » convenait justement le député Boinali Said Toumbou, qui traduit l’insatisfaction générale de mesures très souvent appliquées, sans être vraiment expliquées aux Mahorais. Dans le domaine de la santé, la politique est dictée par une Agence régionale de Santé trop souvent préoccupée par les problématiques de La Réunion au détriment de Mayotte. Et la crainte de mettre en œuvre des mesures qui ne serviraient que des « mercenaires », a abouti, au contraire, à la pérennisation de ces médecins qui viennent à l’hôpital en « one shot », pour un mois, tous frais payés.
Les médecins hospitaliers ont suspendu ce mardi le mouvement, après avoir obtenu un rendez-vous le 11 octobre au ministère de la Santé. Quant aux libéraux, ils attendent l’entretien qu’ils auront avec le préfet ce mercredi 2 octobre à 9h30 pour décider de l’évolution du mouvement.
AP-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...