30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
Accueiljustice"Je suis chez moi à Mayotte"

“Je suis chez moi à Mayotte”

CARNETS DE JUSTICE. Parents, élèves et instituteurs sont devant l’école maternelle. En ce 6 juillet, tout le monde a déjà la tête en vacances lorsqu’une mère bouscule un instituteur : « T’es pas chez toi. Retourne chez toi, sale blanc ! »

L’instituteur est certes d’origine métropolitaine mais il a grandi à Mayotte et y exerce son métier depuis plusieurs années. Choqué par des propos « inadmissibles dans une école et devant des enfants », il dépose plainte pour « injure publique envers un particulier en raison de sa race, de sa religion ou de son origine ». « Je suis chez moi à Mayotte » dit-il devant le tribunal, visiblement toujours blessé par l’insulte.

« Vous faites partie des parents difficiles »

Entre les deux, le différent remonte à plusieurs mois. L’instituteur propose de réorienter un enfant âgé de 4 ans de sa classe vers une autre, entre deux niveaux. «Ça me semblait plus adapté à son développement». Une telle décision n’est pas acceptable pour la mère. Pour elle, cela revient à stigmatiser le petit. Depuis ce jour, elle n’adresse plus un mot à l’instituteur, pas même un bonjour. L’enfant lui-même ne salue plus son instituteur.
« Le directeur dit que vous faites partie des parents difficiles, fait remarquer le président. Vous faites des remarques régulièrement. Il vous arrive d’entendre votre enfant pleurer alors que vous êtes à des kilomètres. »
« Elle a répondu à une provocation, plaide son avocat. Ils ne se parlent plus depuis quatre mois et (l’instituteur)lui dit ‘Madame, la moindre des choses, c’est de dire bonjour.’ C’est une provocation. »

20.000 euros de dommages et intérêts

Le président tente le compromis : « Ce qui serait opportun, c’est de trouver une solution intelligente à ce problème.» Et de fait, la mère concède des excuses pour « s’être emportée » avant que son avocat demande à son compagnon présent à l’audience de se lever. C’est un Mzungu (européen).

«Que demandez-vous ? » interroge le président. L’instituteur, pris au dépourvu, réclame que la loi soit appliquée et qu’elle soit sanctionnée.
-Vous pouvez demander une somme entre 1 et 100.000 euros de dommages, explique la procureure.
-20.000 !

«Aujourd’hui, compte tenu de l’actualité, explique la procureure dans son réquisitoire, les écoles doivent être protégées de toutes les attaques, quelques qu’elles soient… même si ce n’est pas la pire des attaques qu’ait connu une école.»
La mère, reconnue coupable, est condamnée à une amende de 150€ avec sursis. « Il a été manifestement touché par cette affaire, conclut le président. Je fixe à 200€ le montant du préjudice que vous devrez lui verser. »
Depuis la rentrée, l’enfant n’est plus scolarisé dans l’établissement de l’instituteur. A moins d’un appel, l’affaire est close.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...