24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueiljusticeLes passeurs de Mtsamboro

Les passeurs de Mtsamboro

CARNETS DE JUSTICE. Ce n’est pas une banale histoire de passeurs de clandestins à bord de kwassas qu’avait à juger le tribunal correctionnel de Mamoudzou ce matin. A la barre, personne n’avait organisé de traversée entre Anjouan et Mayotte pour des immigrants illégaux dans des conditions sujettes à caution.

Les acteurs de l’affaire pourraient être considérés comme venant à la fin de la chaîne, au bout du long voyage imposé aux migrants. On leur reproche d’avoir aidé à l’entrée et au séjour d’étrangers en situation irrégulière, en assurant le transport de clandestins entre l’îlot Mtsamboro et Grande Terre.
Trois hommes sont présents au tribunal, les trois pilotes des barques qui ont assuré des rotations. Le quatrième homme poursuivi « brille par son absence » fait remarquer le procureur. C’est pourtant lui, « le cerveau » de ce système organisé.

L’ouverture d’une enquête se fait à Mtsamboro en septembre 2011, après la réception d’une lettre de dénonciation. Des écoutes téléphoniques montrent que « le patron » reçoit de nombreux coups de fil depuis Anjouan et Mayotte, pour le prévenir de personnes déposées sur l’îlot après leur traversée et qu’il faut récupérer.

Et ce « service » est très bien organisé. Les trajets se font à bord de la barque du patron et ne concernent jamais plus de quatre personnes, une façon de déjouer les contrôles : aussi peu de monde sur une barque, cela laisse supposer que l’embarcation est celle d’un pêcheur ou de touristes en promenade.
Le système est aussi bien rodé pour les tarifs : les clandestins qui ont déjà déboursés des sommes importantes pour venir d’Anjouan, doivent rallonger entre 100 et 150 euros chacun pour finir le voyage.
Le président s’adresse aux trois prévenus présents : « Je comprends qu’un Comorien aide des comoriens. Mais je m’adresse aux deux Mahorais. Quand j’entends, dans la rue, les discours virulents contre l’immigration clandestine, je m’étonne que des gens gagnent de l’argent là-dessus alors que pour les Mahorais, cette immigration illégale est insupportable ! »

Les trois pilotes s’expliquent. Le premier est considéré comme un « occasionnel ». Il a dépanné le patron plusieurs fois pour des raisons diverses : « ces gens viennent en masse sur l’îlot où j’ai mon champ. Ils pillent mes bananes et ils prennent aussi des pieds de bananiers. » Il avait donc un intérêt à « évacuer » ces personnes de l’îlot car c’est avec ce champ qu’il nourrit sa famille. Savait-il que c’était des clandestins ? « Je le savais. On m’a appelé et j’ai d’abord refusé. Mais ils avaient des enfants en bas âge et j’ai cédé. »

Les deux autres pilotes, eux, étaient des « réguliers » du système. L’un d’eux est arrivé à la barre menotte aux poignets. Il s’est « mis au vert » à Anjouan dès le début de l’enquête avant de revenir à Mayotte pensant le dossier clos. Mais il s’est fait prendre et dort depuis à la maison d’arrêt de Majicavo, en détention provisoire.
« En tant que pilotes, vous touchiez combien par passager pour chaque trajet ? » demande le président. « 50€, 70€, 100€, c’était très aléatoire. Mais ce n’était pas tous les jours.»

Les quatre hommes sont reconnus coupables. Le pilote “occasionnel” ne récupérera ni sa barque ni son moteur qui seront détruits. Les deux pilotes « réguliers » écopent de peines de 6 et 9 mois de prison ferme et de sursis.
Quant au « patron », sa peine est lourde : deux ans d’emprisonnement dont six mois ferme et 20.000 euros d’amende.

RR

A lire : Les Carnets de Justice

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...