24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilPolitiqueVisite ministérielle : les syndicats en prime

Visite ministérielle : les syndicats en prime

Le ministre des outremers Victorin Lurel est arrivé ce samedi 19 octobre à Mayotte, pour une visite de deux jours, en compagnie du commissaire européen Johannes Hahn. Les syndicats de la fonction publique sont venus les accueillir pour réclamer l’abandon du projet d’imposition des primes d’éloignement. 

“L’État abuse de notre confiance”, c’est sur ce mot d’ordre que la plupart des syndicats de la fonction publique se sont réunis samedi matin à l’aéroport de Dzaoudzi pour accueillir Victorin Lurel. Le ministre des outremers est en visite à Mayotte jusqu’au dimanche 20 octobre, en compagnie du commissaire européen Johannes Hahn, présent dans le cadre de l’accès du département au statut de région ultrapériphérique de l’UE, dont la 19e conférence se tenait à la Réunion du 16 au 18 octobre.

Thierry Wuillez (SNES) remet le tract de revendications de l'intersyndicale au minstre
Thierry Wuillez (SNES-FSU) remet le tract de revendications de l’intersyndicale au ministre

Les syndicats, présents sur le parvis de l’aérogare à la descente d’avion du ministre, demandent l’abandon d’une disposition du projet de loi de finances prévoyant l’imposition, pour les revenus 2013, des primes d’éloignement dont bénéficient les fonctionnaires venus exercer pour un temps limité à Mayotte. Un front intersyndical s’est créé sur la base de cette revendication jeudi 17 octobre, réunissant un large spectre des métiers de la fonction publique. Des syndicats représentants les magistrats, policiers, enseignants, personnels hospitaliers sont signataires. “On voudrait qu’il y ait des mesures transitoires qu’il n’y ait pas d’impact sur les personnels déjà en place”, explique Pascal Serra, de l’UNSA-Police.

Refus de revenir sur le principe de l’imposition

Interpellé, le ministre s’est refusé à revenir sur le principe de l’imposition, prônant l’application du droit commun à Mayotte. “En devenant département, la population a choisi d’être pleinement intégrée”, note le ministre relevant des comportements qui lui semblent contradictoires dans le 101e département : “certains demandent d’aller plus vite d’autres demandent d’aller moins vite”.

Victorin Lurel, qui s’affiche en pourfendeur de la langue de bois, inclut Mayotte dans les efforts budgétaires engagés par le gouvernement. “Il faut dire la vérité aux gens, la période est compliquée, il y a des économies à faire. […] On demande à tous les Français des efforts.”

Les syndicats partagent cette position. Pour Thierry Wuillez, co-secrétaire général du SNES-FSU et un des portes-parole de l’intersyndicale, “nous ne remettons pas en cause le fait de payer l’impôt, mais les collègues sont partis sous cette condition particulière de non-imposition de la prime d’éloignement, il est injuste de revenir dessus aujourd’hui”. Entraîné aux passes d’armes après deux jours de visite à La Réunion, le ministre n’a pas hésité à entrer dans la partie de ping-pong.

“L’Etat, lui-même, a des problèmes”

“Vous êtes partis sur la base de ce qu’on vous a dit, mais entre-temps, l’État lui-même a des problèmes”. Même s’il n’est pas décisionnaire final sur le dossier, Victorin Lurel a concédé que sur la “gradation, il faut trouver le meilleur équilibre”, laissant un entrebâillement de porte ouverte à un nouveau calendrier de l’imposition des primes. Le projet de loi de finances a été présenté en Conseil des ministres, le 25 septembre dernier et doit être voté avant la fin de l’année par le parlement.  Côté syndical, on déplore la rupture du contrat moral passé entre l’État et ses fonctionnaires venus travailler à Mayotte. “Nous demandons un moratoire sur la fiscalisation des primes  jusqu’en 2017” revendique Frédéric Muller, co-secrétaire général de la FSU.

Madi M’Colo, secrétaire général FO Mayotte demande, “plus de concertation” sur ce dossier. Victorin Lurel lui répond, bravache, que c’est “l’ADN du gouvernement”.

En guise d’au revoir, le ministre des outremers, toujours accompagné du commissaire européen, a enjoint aux syndicalistes de “ne pas bloquer les routes”. Une remarque prise avec étonnement par ces fonctionnaires, dont certains en poste depuis 2011, ont été bloqués dans leur travail et leurs déplacements lors du mouvement contre la vie chère d’octobre  2011. Une journée “d’actions” de l’intersyndicale est prévue mardi 29 octobre.

Axel Lebruman

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...