30.9 C
Dzaoudzi
dimanche 5 février 2023
AccueilSociétéLa sécurité participative

La sécurité participative

Bouéni la paisible n’est plus qu’un lointain souvenir. L’insécurité, dans le sud aussi, est devenue un véritable phénomène de société. A tel point qu’un dispositif de « participation citoyenne » va être mis en place sur la commune.

A proximité de la mairie de Bouéni où le dispositif sera présenté à la population vendredi après-midi
A proximité de la mairie de Bouéni où le dispositif sera présenté à la population vendredi après-midi

Tous ensemble contre l’insécurité. Ce pourrait être le slogan de l’opération, inédite à Mayotte, que lancent les autorités pour tenter de contrer «la recrudescence des cambriolages et des faits d’incivilité». Elles vont déployer dans deux quartiers de la commune de Bouéni, un dispositif de «participation citoyenne».

La pratique est courante dans plusieurs pays et particulièrement en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis où les villes doivent faire face à des taux de criminalité particulièrement élevés. La comparaison entre Chicago et Bouéni n’est heureusement pas d’actualité mais la méthode, déjà transposée dans plusieurs départements métropolitains, semble avoir fait ses preuves.
Il s’agit, tout simplement, « d’associer les habitants d’un ensemble résidentiel à la protection de leur environnement par une participation citoyenne ».
Des référents seront désignés pour alerter la police municipale durant la journée et la gendarmerie, le soir et la nuit, en cas d’événements suspects.

L’objectif recherché est évidemment de rassurer la population mais aussi d’améliorer la réactivité des forces de sécurité contre « la délinquance d’appropriation ». On le sait, à Mayotte, les auteurs de cambriolages pourraient être interpellés en plus grand nombre si les habitants se sentaient concernés lorsque des événements anormaux se déroulent à côté de chez eux. Depuis longtemps, la gendarmerie se plaint de ne pas être prévenue suffisamment tôt voire pas du tout lorsqu’un voisinage constate des agissements ou des bruits suspects.
“Lorsqu’on constate qu’un véhicule inhabituel reste stationné longtemps, où qu’il y a du bruit chez un voisin qui est parti, il faut que la population nous prévienne. Cela nous permet d’orienter nos patrouilles”, explique le Capitaine Milliasseau de la gendarmerie.

Chacun dans son rôle

L’initiative revient au maire de Bouéni qui a sollicité la gendarmerie pour mettre en place l’opération, alors que les problématiques sécuritaires ne sont pas encore hors de contrôle sur sa commune. Quant à la décision de créer cette « participation citoyenne », elle a été prise par le préfet, en liaison avec le procureur de la République, qui s’empresse de désamorcer une polémique qui pourrait naître : il ne s’agit « en aucun cas de générer la création de milices voulant résoudre des conflits. » Chacun doit donc rester dans son rôle, la population prévient et les forces de sécurité interviennent. L’expédition punitive menée par plusieurs habitants de Dzoumogné au début du mois (voir article) est le contre-exemple absolu de ce que souhaitent les autorités.

Selon le constat dressé par la gendarmerie, à Bouéni, «certains quartiers, lotissements ou zones pavillonnaires sont touchés par des phénomènes de délinquance multiformes (cambriolages, démarchages conduisant à des escroqueries, dégradations et incivilités diverses…) dont les causes sont aisément identifiables (isolement, niveau de richesse élevé, prédominance de personnes seules…). »

Le dispositif sera présenté à la population par le capitaine Milliasseau à la mairie de Bouéni, vendredi à partir de 15 heures.
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...