26.9 C
Dzaoudzi
mercredi 8 février 2023
AccueilSociétéLa rencontre des "membres d'un peuple"

La rencontre des “membres d’un peuple”

Allaoui Askandari organisait hier sa 8ème «journée d’une terre et des hommes». Objectif : “faire le point sur la situation du Mahorais dans le développement de Mayotte”.

Il tient bon le cap. Pour la deuxième fois cette année, Allaoui Askandari avait donné rendez-vous hier matin, dans l’hémicycle du Conseil général pour la «journée d’une terre et des hommes» à tous ceux qui souhaitaient réfléchir à la place «du Mahorais dans le développement de Mayotte».
JOURNEE TERRE HOMMESL’occasion de dénoncer, une nouvelle fois, le fait que «le Mahorais a perdu ses propriétés» et qu’il «est plus disposé à être dirigé qu’à être dirigeant». Alors pour «chasser ce diable de l’inconscient mahorais», le programme du jour avait choisi d’aborder des thèmes très divers rassemblés sous des thématiques comme «la rupture avec nos mères» ou «la rupture avec nous-mêmes».

« Ces gens-là »
Comme lors des précédentes éditions, la parole se libère pour dénoncer les lois et les pratiques que «ces gens-là» (les métropolitains) imposent à Mayotte et aux Mahorais. Premières cibles dans le viseur : le Parc marin et les règles qui régissent la pêche. «Aujourd’hui, le Mahorais, dès qu’il prend le bateau, il a peur. On lui dit, tu ne peux pas pêcher tel poisson, tu ne peux pas pêcher dans telle zone (…) A force d’interdire, on finira par dire qu’on ne peut plus manger du requin et du poulpe » explique un pêcheur en omettant toute référence au besoin de protection des espèces et de la biodiversité marine.

«On a interdit de pêcher dans la passe en S pour qu’ils (les mzungu NDLR) puissent amener des touristes y voir des poissons. Ils créent des règles pour eux. Ils ont toujours fait en sorte de s’aider entre eux» scande Faouzia Kordjee avec son éloquence habituelle.

Les «dérives totalitaires» de la laïcité à Mayotte

Pour Hamadale Ambririki, les "dérives" de la laïcité vont "créer des problèmes où il n'y en a pas"
Pour Hamadale Ambririki, les “dérives” de la laïcité vont “créer des problèmes où il n’y en a pas”

Hamadale Ambririki, professeur de Philosophie au lycée de Chirongui, dénonçait ensuite la laïcité et ses «dérives totalitaires» à Mayotte. Comme la loi sur le voile «faite pour apaiser des conflits violents dans les banlieues de l’Hexagone» et qui prépare «la guerre entre Mahorais».
«On veut exporter des lois faites pour des endroits où il y a des problèmes dans des endroits où il n’y en a pas.»

Ces «dérives laïques» ne seraient donc destinées qu’à maintenir les Mahorais dans un état «d’ignorance mortelle» avec comme but de les «acculturer». «Si les Mahorais oublient leur patrimoine culturel, ils seront vides.»

«Inventons un nouveau citoyen de Mayotte»
L’assistance, clairsemée, prend la parole. Un homme dénonce le comportement de ces mzungu qui viennent en terre musulmane avec un chien et qui l’abandonnent en repartant. Un autre réclame un véritable apprentissage de la langue mahoraise, «on ne battit pas l’apprentissage d’une langue non maternelle sur les ruines d’une langue maternelle».
«On n’arrive pas à s’approprier tous ces changements brutaux, explique un troisième. Si on ne parvient pas à concevoir le mode de société qu’on veut, on va subir ad vitam aeternam. Se séparer des Comores, ce n’est pas un projet de société. On ne peut pas être tout le temps des sujets. Inventons un nouveau citoyen de Mayotte».

La référence à l’Alsace avec son organisation religieuse particulière au sein de l’ensemble national ou encore à la Corse a été faite par l’assistance. Et c’est vrai qu’il y avait un peu de l’esprit des «journées nationalistes de Corte» dans cette matinée.
“C’est un travail sur une longue durée, prévient Allaoui Askandari. Il y en a peut-être pour 100 ans. Mais faisons en sorte que ceux qui viennent demain puissent reprendre le flambeau.»
RR

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139126
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139126
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139126
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139126
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139126
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139126
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...