24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomieRencontre choc banques-associations humanitaires

Rencontre choc banques-associations humanitaires

En jeu : un compte bancaire pour l’accès aux droits des populations les plus démunies. Présentée comme un débat entre «les forts et les porte-paroles des plus faibles», la rencontre entre les banques et les associations a permis aux humanitaires de faire remonter leurs doléances.

©Elodie Perriot Famille visitée par les associations humanitaires
©Elodie Perriot
Famille visitée par les associations humanitaires

Selon la Fédération bancaire française, 97 % des Français en âge d’accéder aux services bancaires disposent d’un compte. A Mayotte, ce taux de bancarisation était de 53% en 2011. «Il y a corrélation entre ce taux et le niveau de développement» constate Yves Mayet, directeur de l’IEDOM (Institut d’émission des départements d’outre-mer). La jeunesse de la population, la faiblesse des revenus des ménages, le paiement en liquide et le taux de population étrangère en sont les explications.

L’ouverture d’un compte est pourtant un passage obligé pour accéder à plusieurs droits et services. C’est ce qu’ont relevé les associations humanitaires Tama, Secours Catholique, M’saidié (Auteuil), Solidarité Mayotte, Croix Rouge, Acfav et Médecins du Monde qui avaient porté leurs préoccupations au Centre départemental d’accès aux droits (CDAD).

Répondant à leurs attentes, Marie-Laure Piazza, présidente du Tribunal de Grande Instance et Anfiati Houmadi-Djoumbe, chargée de mission du CDAD, ont organisé une rencontre avec les établissements bancaires, «et ce sont les directeurs eux-mêmes qui se sont déplacés» souligne la magistrate. De fait, la Bred, le Crédit Agricole, la Banque de la Réunion, la banque Postale et la BFC étaient présents jeudi dernier dans les locaux de l’IEDOM.

«Obtenir le paiement d’une pension alimentaire lorsque son enfant est Français, accéder à une formation pour un jeune mahorais à l’état civil non finalisé, ou à des soins autres que publics, est un parcours du combattant sans relevé d’identité bancaire» retrace Christophe Vénien, délégué du Secours Catholique.

Christophe Vénien portait les attentes du Secours Catholique
Christophe Vénien portait les attentes des plus démunis accueillis au Secours Catholique

Cours de morale bancaire

Des documents indispensables à l’ouverture d’un compte, seule la pièce d’identité pose véritablement problème : «les textes disent qu’il suffit de détenir une demande de titre de récépissé» rapporte Marie-Laure Piazza. Ce qui laisse Yves Mayet sans voix, «chaque banque a ses propres procédures, mais un étranger ne peut ouvrir qu’un compte de non résident». «Elles ont été plus souples dans le cas de Cahuzac en Suisse !» rétorquait-elle…

Une autre insuffisance est dénoncée : «le Code monétaire et financier prévoit des clauses qui ne sont pas toujours respectées» indique Marie-Laure Piazza, «quand vous, établissements bancaires, refusez l’ouverture d’un compte, vous devez le justifier dans un courrier adressé à l’IEDOM qui est chargé de trouver une banque pour ce client». Mais Yves Mayet rapporte une difficulté propre à Mayotte «où 90% des titres de séjour sont rejetés… on ne peut rien garantir dans ce cas !».

«La logique économique affrontait la logique humaniste» résumait Christophe Vénien. Une approche «de forts contre les plus faibles» présentée «de manière volontairement caricaturale» par Marie-Laure Piazza, qui fit réagir Yves Mayet : «la banque est chargée de gérer au mieux l’épargne que chacun lui confie. Sa prudence est justifiée»… ce qui n’a pas été le cas en 2008, provoquant le dérapage de l’économie mondiale qu’on connait… «Il s’agissait d’insuffisances dans la réglementation interbancaire» reprend-il.

Tous les acteurs sont d’accord : les échanges ont été parfois tendus, mais bénéfiques. Et une avancée est attendue : «les patrons de banques vont rappeler à leurs cadres leur obligation de fournir des lettres de refus» affirmait Marie-Laure Piazza.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...