26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilEconomieCCI : démission de Michel Taillefer

CCI : démission de Michel Taillefer

Michel Taillefer aux premières loges lors des manifestations de 2011
Michel Taillefer aux premières loges lors des manifestations de 2011

Le sujet avait été à l’origine de sa première colère : la participation de la Chambre de Commerce et d’Industrie au capital de la compagnie aérienne Ewa Air lui semble déraisonnable… Michel Taillefer entérine sa conviction par une démission.

Son nom ne dira rien au nouvel arrivant. Michel Taillefer, président du Mouvement des entreprises de France (Medef), est un acteur majeur de la vie politico-économique mahoraise. Directeur d’une société de sécurité privée, après avoir été un ancien fonctionnaire de la Sécurité intérieure, c’est à ce titre qu’il était élu de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

C’est la participation de cette dernière au capital de la compagnie aérienne mahoro-réunionaise Ewa Air, qui l’incite à jeter l’éponge. C’est ce même motif qui l’avait incité à « participer au départ de l’ancien président avec qui [il] était en désaccord sur le montant de la participation de la CCI à hauteur d’ un million d’euros dans le capital d’Ewa » indique-t-il dans sa lettre de démission.  Une participation qui avait été votée à l’unanimité des membres du bureau, dont il faisait partie au titre de la précédente présidence de la Chambre.

Après de nouvelles élections, Michel Taillefer est resté au bureau de la nouvelle équipe, mais manifeste de nouveau sa désapprobation de voir une CCI en manque de trésorerie, débloquer des fonds pour la compagnie régionale. Il faut dire que le Conseil général, devait 7M€ à la CCI au titre des Redevances sur Marchandises, handicapant tout investissement, et doit encore 5 millions d’euros.

C’est la raison majeure invoquée par Michel Taillefer : « nous n’avons pas les 500 000 euros », somme entérinant la participation au capital d’Ewa, et même avec une reconnaissance de dettes du Conseil général, l’avance consentie par l’établissement bancaire pour boucler le capital d’Ewa Air se fait sous conditions de « frais exorbitants ».

Il présente donc sa démission au président de la CCI, Ali Hamid.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...