24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilSociétéTéléchargements illégaux : l'Hadopi scrute Mayotte

Téléchargements illégaux : l’Hadopi scrute Mayotte

Internautes, attention ! Si vous pensiez que l’absence de cinéma ou les 8.500 km nous séparant de la métropole vous autorisaient les téléchargements illégaux, vous vous trompiez. L’Hadopi traque aussi les ordinateurs de Mayotte.

Hadopi Mayotte 1C’est la mauvaise surprise du week-end de l’un de nos lecteurs. Il a reçu un message de l’’Hadopi* lui demandant de mettre un terme aux téléchargements illégaux qu’il effectuait.
«Il a été constaté le vendredi 09 août 2013 à 07 heures 49, qu’une ou plusieurs œuvres ont été téléchargées ou partagées depuis votre accès à internet, en violation des droits d’auteur. Ces faits peuvent constituer une infraction pénale», explique l’email.
Stupeur de l’internaute qui n’avait jamais imaginé pouvoir être concerné par le dispositif de lutte contre le piratage sur internet.
«Je n’ai quasiment rien téléchargé, s’étonne-t-il. Certains de mes amis ont des dizaines de films et de séries sur leur ordi. J’ai uniquement téléchargé quatre épisodes d’une série et quatre films.»

«Recommandation Hadopi»

La « recommandation Hadopi» ne laisse place à aucune contestation. Elle livre l’adresse IP, sorte de numéro d’identité de l’ordinateur, le nom du fournisseur d’accès internet, en l’occurrence «France Telecom/SCR» et explique que «les faits constatés ont été commis avec le(s) logiciel(s)/protocole(s) BitTorrent ».
Le principe de cette plateforme consiste à utiliser les téléchargements effectués par chaque ordinateur connecté au service pour permettre à d’autres internautes de les charger à leur tour. Quelle que soit la quantité d’œuvres ainsi stockées illégalement sur l’ordinateur –quatre films ou des centaines– elle sert de relais à la circulation des produits piratés.

La plateforme de téléchargement BitTorrent mise en cause par l'Hadopi
La plateforme de téléchargement BitTorrent mise en cause par l’Hadopi

Le message de l’Hadopi, s’il s’intitule «recommandation» est clairement menaçant : il rappelle à l’internaute qu’en tant que «titulaire d’un abonnement à internet», il est “légalement responsable de l’utilisation qui en est faite». Dans le cas où «malgré les avertissements de l’Hadopi, l’accès à internet était à nouveau utilisé pour des mises en partage ou des téléchargements illégaux», l’internaute pourrait être poursuivi devant le tribunal de police pour «contravention de négligence caractérisée ». Il risquerait alors une amende d’un montant maximum de 1500 €.

Orienter les internautes vers des sites payants

Pour autant, le message se veut aussi pédagogue. « Le téléchargement illégal, appelé couramment ‘piratage’, prive les créateurs de leur rétribution et représente un danger pour l’économie du secteur culturel. Pour vous aider à identifier les sites internet proposant des contenus légaux et à préserver le développement du secteur culturel, vous pouvez découvrir l’ensemble des offres labellisées par l’Hadopi sur le site internet www.pur.fr », explique-t-il.

HADOPI MAYOTTE 3L’Hadopi est en place depuis trois ans. Il est basé sur une «riposte graduée» envoyant un premier message d’avertissement suivi d’une seconde recommandation. Au cours du seul mois d’octobre, 138.000 emails ont été adressés à des abonnés dont l’adresse IP a trahi des téléchargements illicites dans toute la France. C’est un record absolu depuis la création du système, comme le souligne le site spécialisé PCInPact. En trois ans, 812 dossiers ont fait l’objet de délibérations de la Haute autorité et 67 ont été transmis au parquet.

Chercher l’email

Notre internaute est donc encore très loin d’être concerné par la suite du processus. Mais si vous êtes adepte des téléchargements, soyez attentif aux messages que vous recevez. Car ce fut l’autre surprise de notre lecteur. Le message de l’Hadopi lui a été adressé à la fin du mois d’août. S’il n’en a pris connaissance que la semaine dernière, c’est qu’il a été envoyé sur la boîte email de son fournisseur d’accès, en l’occurrence Orange, et non sur la boîte qu’il utilise au quotidien. Mieux vaut jeter un œil que de choisir la «négligence caractérisée.»
RR

* HADOPI : Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...