24.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieTsingoni, l'abc d'une bonne gestion

Tsingoni, l’abc d’une bonne gestion

Si l’Agence Française de Développement vient de délivrer une autorisation de prêt à la commune de Tsingoni, c’est en récompense d’une gestion qui a tourné le dos au clientélisme.

...et il y a encore beaucoup à faire...
…et il y a encore beaucoup à faire…

La commune de Tsingoni va obtenir une aide à l’investissement de 850.000 euros de l’Agence Française de Développement (AFD). La convention sera signée une fois la décision modificative du budget prise par les élus, et portera sur un prêt de 15 ans au taux de 2,37%. C’est, au sens de l’AFD, un encouragement pour une commune plutôt bien gérée si l’on considère la moyenne mahoraise. «Un budget de fonctionnement excédentaire grâce à des ressources humaines gérées avec sagesse, et un budget d’investissement déséquilibré mais en amélioration», commente Nicolas Lejosne, responsable du secteur public à l’AFD.

«En effet, le budget investissement était déséquilibré depuis 2004, que nous avons résorbé peu à peu. Et si j’avais refusé un prêt à l’époque par peur de ne pas le rembourser, j’estimais que nous avions désormais les reins assez solides pour emprunter» déclare le maire de la commune, Ibrahim Boinahery.

Le prêt servira pour partie à résorber les 350.000 euros de déficit restant, «le reste nous permettra de boucler l’opération de résorption de l’habitat insalubre, l’éclairage public, et nous garderons un matelas pour cofinancer nos investissements».

Un encouragement qui arrive à la veille des municipales pour Ibrahim Boinehry
Un encouragement qui arrive à point nommée à quelques semaines des municipales pour Ibrahim Boinehry

D’autres communes ont également été bénéficiaires de prêts AFD, soumis à une gestion cohérente : Chirongui, Mamoudzou (aide budgétaire), Dembéni et Bandraboua.

Tsingoni a en tout cas compris qu’une gestion à la petite semaine, centrée autour de copinages appelé pudiquement «emploi social» pouvait, au pire, conduire sur la voie judiciaire, et au «moins pire» plomber le budget de la commune en consacrant à une masse salariale un budget qui ne permet pas de payer des entreprises, qui sont obligées de licencier, avant de mettre la clef sous la porte.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...