24.9 C
Dzaoudzi
samedi 30 septembre 2023
AccueilSociétéAction sociale : «seule l’Aide médicale d’Etat peut sauver la situation»

Action sociale : «seule l’Aide médicale d’Etat peut sauver la situation»

Le Conseil général fait sa part pour le social dans un département sinistré. C’est le message que délivrait Daniel Zaïdani qui produisait les chiffres des actions suivies par le département en recadrant les responsabilités et en appelant la ministre de la Santé à l’aide.

Un appel à Marisol Tourraine bien préparé
Un appel à Marisol Tourraine bien préparé

«Depuis les années 80 et la décentralisation, la politique sociale a été étendue par ordonnance, mais nous avons toujours cette double compétence d’un département et d’une région»… Et selon le président du conseil général, sur 226 millions d’euros de dépenses inscrites au budget, le département ne devraient en assumer que 34 millions. Une somme « consacrée au deux tiers au social » assure-t-il.
Ce sont donc 23 millions d’euros qui sont dépensés pour les 5 Unités territoriales d’action sociales répartie sur l’île, qui animent et coordonnent l’action sociale et médico-sociale. En 2012, elles ont notamment délivré 1 511 bons alimentaires (0,7% de la population seulement). Ces bons seront bientôt portés à 72 euros.

Ce budget a également été utilisé pour orienter les demandes d’accès aux soins.
Les soins, ce sont justement les 21 PMI (Protection maternelle infantile), «bientôt 24» qui les délivrent : les vaccinations, les suites des accouchements ou le suivi des enfants sont leurs principales activités.
Le personnel n’y est pas toujours compétent, et quatre d’entre elles sont vétustes, «à raser, les services n’auraient jamais dû y emménager» déplore le président. La version non officielle dénonce une partition des bâtiments effectuée au détriment de la collectivité et au bénéfice de l’hôpital lors de la première décentralisation.

Mais la situation d’extrême pauvreté de la population, «75% vit sous le seuil de pauvreté» dénonçait Daniel Zaïdani, se ressent dans la formulation des actes : «60 000 vaccinations, contre 3 000 dans les PMI de La Réunion à la population 4 fois plus nombreuse !». Des PMI, qui traitent 1 500 IVG par an et dans lesquelles 80% des femmes enceintes sont suivies, «dont la plupart sont en situation irrégulière» gronde Mirhane Ousseni, 1er vice président.

L’AME au secours du secteur privé

Le docteur Anna Daubigney, en charge du social et des PMI, est sur le départ
Le docteur Anna Daubigney, en charge du social et des PMI, est sur le départ

Et les élus de pointer du doigt l’absence à Mayotte d’une Aide Médicale d’Etat (AME) qui permet aux étrangers en situation irrégulière de bénéficier d’un accès aux soins, sous réserve de remplir certaines conditions, et de la Couverture maladie Universelle qui assure l’accès à l’assurance maladie pour toutes les personnes résidant en France.

Deux aides d’Etat qui permettrait de lutter contre la désertification médicale dont souffre Mayotte soutient Daniel Zaïdani qui s’explique : «tous les malades vont actuellement à l’hôpital et dans les PMI. Avec une aide, ils pourraient choisir d’aller vers le secteur privé pour aller chercher gratuitement leurs médicaments».

Le président avoue avoir été déçu par la position de la ministre de la Santé, Marisol Touraine, qu’il avait interpellée. Cette dernière évoquant la situation mahoraise sur l’absence d’AME, avait en effet déclaré la semaine dernière qu’«aucune extension n’avait été envisagée». En Guyane, comparable en population à Mayotte et qui connaît un problème d’immigration clandestine, l’AME s’applique pourtant depuis plusieurs années.

Enfin, la collectivité départementale assume une politique d’accompagnement pour les personnes âgées, «alors qu’aucun texte nous en donne la prérogative et avec un coût de 6,3 millions d’euros compensé à hauteur de seulement 244 000 euros par l’Etat»*.

Le président a donc fait passer son message : Mayotte est un département dont la population, en situation irrégulière ou non, nécessite une action sociale hors du commun que ne peut supporter seul le Conseil général.

Anne Perzo-Lafond

(*) Le sénat vient de voter une compensation sur les charges liées aux personnes âgées, handicapées et le RSA

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...