24.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEconomieBilan mitigé du bouclier qualité-prix

Bilan mitigé du bouclier qualité-prix

“Il n’y a rien de concret”,  comme un refrain à chaque réunion de l’observatoire des prix et des marges, les représentants des syndicats et associations de consommateurs sont sortis déçus des deux heures et demie de réunion avec le préfet et les services de l’Etat chargés de la consommation.  L’objectif était de faire le point sur le” bouclier qualité-prix”, institué par l’article 15 de la loi Lurel du 20 novembre 2012. Mis en place en février dernier, ce dispositif a pour but de maintenir un prix plafond à une liste de 76 produits de première nécessité.

“Il  s’agissait de faire le bilan du dispositif afin d’aider le préfet aux négociations avec les distributeurs, les transitaires, etc.” , explique Francis Nival, le président de l’Observatoire.

Les services de la DIECCTE (Directions des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) , qui ont eu à effectuer des contrôles dans les magasins des trois principales enseignes de distribution sur l’île,  tirent un bilan globalement positif du “bouclier qualité-prix”. “Les prix ont été respectés, mais il y a eu quelques insuffisances au niveau de la présentation des produits et de leur disponibilité”, rapporte Francis Nival.

Manque de produits locaux

Seuls cinq produits “locaux”, fabriqués ou conditionnés sur place (yaourts et œufs par exemple) figurent dans la liste de produits établis en février entre le préfet et les distributeurs.  Tous ont pu bénéficier du dispositif par une augmentation de leur chiffre d’affaires.

“On voudrait intégrer plus de produits locaux dans la liste, mais on se heurte au fait qu’ils ne sont pas forcément de grande consommation et donc pas intégrables au dispositif”, regrette Mohamed El Hadi Soumaïla secrétaire de l’association Force ouvrière des consommateurs (AFOC). Les syndicats souhaitent une baisse des prix d’un panier élargi de produits.  “Jusqu’ici, on n’a pas réussi à obtenir d’acheter moins cher”, note Ousséni Balahachi, le secrétaire général de la Cisma-CFDT. Le dispositif a avant tout comme objectif de contenir les prix. L’indice général des prix a augmenté de 0,6 % sur un an, un chiffre dans la moyenne métropolitaine.  Un avis de l’Observatoire des prix et des marges doit être publié aujourd’hui afin de synthétiser les éléments afin d’élargir le champ des produits concernés par le bouclier qualité-prix.

A.L.

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...