26.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilPolitiqueRelations franco-comorienne : un équilibre fragile

Relations franco-comorienne : un équilibre fragile

La rencontre entre François Hollande et Ikililou Dhoinine, les présidents français et comorien, avait initié le réchauffement entre les deux Etats. Le Haut Conseil Paritaire est censé l’ancrer, mais des dissonances se font entendre.

Claudine Ledoux, nouvelle Ambassadrice déléguée à la coopération régionale dans le sud de l'océan Indien et Hamada Madi Boléro, directeur de cabinet du président de l'Union des Comores
Claudine Ledoux, nouvelle Ambassadrice déléguée à la coopération régionale dans le sud de l’océan Indien et Hamada Madi Boléro, directeur de cabinet du président de l’Union des Comores

Les deux présidents s’étaient rencontrés le 21 juin 2013 donnant lieu à la Déclaration de Paris sur l’amitié et la coopération entre la France et les Comores. L’acte est censé « refonder les liens historiques et étroits qui les unissent et de donner une nouvelle impulsion aux relations bilatérales afin de répondre aux aspirations des deux peuples ».

Les aspirations de la France, on les connaît : réguler le flux d’immigration clandestine qui gonfle la démographie en déversant sur les côtes mahoraises de nombreux kwassas (barques) dont les traversées depuis Anjouan se terminent souvent en naufrages.

Celles de l’Union des Comores se résument le plus souvent à la reconnaissance, soutenue par l’Organisation des Nations Unies, de l’appartenance politique de Mayotte à leur archipel.

Dans une perspective de conciliation, un « Haut Conseil Paritaire » a été mis en place, chargé de préciser les principaux axes de coopération. Il s’est réuni les 28 et 29 novembre 2013.

Accord sur les visas

Les deux présidents ayant estimé que la circulation des biens et des personnes « contribue au rapprochement des populations et qu’une maîtrise concertée de cette circulation constitue un facteur de stabilité de l’archipel et de développement », la facilitation des visas est un des premiers engagements du Haut Conseil Paritaire. Une mesure demandée par les hommes d’affaires lors de la conférence « Concept Canal du Mozambique » et qui concerne les voyageurs ayant « un intérêt effectif à se rendre à Mayotte ». Les visas sanitaires, ceux favorisant les rapprochements familiaux ou les visas destinés aux étudiants sont également concernés.

Les secteurs ciblés pour l’indispensable coopération entre les îles de l’archipel ont également été abordés, essentiellement en matière policière et judiciaire, appelant l’Union des Comores à contrôler ses frontières.

Anjouan, au deuxième plan, depuis Mayotte
Anjouan, au deuxième plan, depuis Mayotte

Mais depuis cette déclaration, les voix contestataires en provenance de l’Union des Comores se font de plus en plus nombreuses. Du comité Maoré tout d’abord, rapporté par le site Malango actualité, qui n’admet pas la présence de la gendarmerie sur les côtes anjouanaises censée empêcher tout départ d’embarcation, mais qui regrette surtout de ne pas avoir été appelé pour intégrer ce Haut Conseil Paritaire.

Pas sur la coopération judiciaire…

Même reproche du côté de Franco-Comoriens habitant Mayotte, qui veulent aussi faire entendre leur voix « mais anonymement, le sujet est trop sensible », invoquent-ils. A.B. notamment, demande une meilleure légitimité de la représentation comorienne : « Le président Ikililou a mandaté pour négocier des personnalités qui n’avaient même pas voté pour lui. Quelle confiance peut-on leur accorder ? » Il demande que les forces vives du pays, associations, partis politiques, élus, soient sollicités pour participer aux réunions du HCP.

Et dénonce les incohérences du gouvernement « quand il assure qu’il ne sera jamais question de voter pour une convention qui remette en question l’intégrité territoriale des Comores et qui accrédite en même temps une coopération visant à combattre l’immigration clandestine vers une île que nous considérons comme comorienne ! On peut lancer une coopération policière et judiciaire avec la France, mais pas avec Mayotte ! »

Ces détracteurs disent avoir été rassurés par une déclaration gouvernementale datant de lundi : « Le dernier mot reviendra de toute manière à nos députés ». Quant à la coopération commerciale, A.B. est pour, “mais la seule compagnie maritime qui assure la liaison a monté ses taux de fret à un euro le kilo… Il est impossible d’exporter des litchis depuis Anjouan à ces conditions!”

Le gouvernement français annonce sur son site que la prochaine réunion du Haut Conseil se tiendra aux Comores au premier semestre 2014.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...