25.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilEconomieL’agriculture ultramarine en danger

L’agriculture ultramarine en danger

Les départements d’Outremer ont aussi mal à leur agriculture que la métropole. Pas pour les mêmes raisons. Sauront-ils tirer bénéfice d’une loi d’avenir agricole qui vient d’être adoptée à l’Assemblée nationale et qui n’est pas spécialement pensée pour eux ?

Petites parcelles de bananiers
Petites parcelles de bananiers

Les Jeunes agriculteurs d’Outremer ont tenté de faire entendre leur voix à travers un communiqué lors du débat sur la loi d’avenir de l’agriculture qui a été adoptée la semaine dernière en première lecture à l’Assemblée nationale. Mais comme ils le déplorent, «l’Outremer, c’est loin»… critiquant notamment l’impossibilité pour les agriculteurs des DOM d’accéder aux prêts bonifiés qui leur sont dédiés. «Une telle situation serait inimaginable en métropole» soulignent-ils, alors que l’accès au financement est «une des deux mesures du socle de base de la politique nationale d’installation».

Accéder aux terres

Outre le financement, l’accès aux terres agricoles reste un problème majeur : «des freins importants restent encore sans réponse, l’accès au foncier en Guyane et à Mayotte appartenant respectivement à l’Etat et au Conseil Général principalement» critiquent-ils. Ainsi, les parcelles rétrécissent comme peau de chagrin dans les DOM, excepté la Guyane. A Mayotte, le risque de voir les micro surfaces agricoles se réduire encore un peu plus, est grand avec les problèmes d’indivision qui seront mis à jour dès cette année lors de l’établissement de la taxe foncière.

L’agriculture française se porte mal avec des producteurs métropolitains aux marges faibles, qui ne vivent que sous perfusion nationale, laquelle est amenée à décroître, et des normes européennes très contraignantes. Des agriculteurs qui ne maîtrisent pas l’ensemble de la filière et qui se retrouvent au prise avec les distributeurs, conflit que tente notamment de résoudre la loi Avenir «en s’attachant à rééquilibrer les relations commerciales entre les acteurs» dixit le ministère de l’Agriculture.

Les filières traditionnelles mahoraises ont disparu

Pour que l’agriculture des DOM ne soit pas jetée avec l’eau du bain métropolitain, les Jeunes Agriculteurs (JA) préconisent de renforcer le rôle moteur des filières exportatrices. Partir de l’existant en somme. Elles ont hélas disparu avec la vanille et l’ylang-ylang à Mayotte où la filière avicole a du mal à se structurer et où l’aquaculture pointe néanmoins le bout de son nez. Ces filières nécessitent un soutien à leur développement maintiennent les JA, «pour répondre aux besoins des consommateurs».

Les grandes lignes de la loi dessinent un renforcement de la compétitivité agricole et une orientation vers l’agro écologie… ce que pratiquent encore quelques producteurs ultramarins qui pourraient y trouver une planche de salut… Un modèle spécifique pour l’avenir de l’agriculture ultramarine semble néanmoins indispensable.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139512
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139512
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139512
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139512
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139512
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139512
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...