26.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilSantéMayana à Pamandzi : la santé pour tous

Mayana à Pamandzi : la santé pour tous

Pamandzi accueillait ce samedi la quatrième opération Mayana Santé. Informations, dépistages et jeux, l’objectif est de faciliter l’accès à l’information et aux soins.

Un parcours à réaliser avec des lunettes "état d'ivresse"
Un parcours à réaliser avec des lunettes “état d’ivresse”

Sur son stand, Maoulida Amire est sûr de l’effet de son animation. Ce «médiateur-préventeur» a matérialisé au sol un parcours de quelques mètres. Il suffit de marcher en évitant les plots orange pour rejoindre l’arrivée. Mais ce n’est pas si simple de venir à bout de ce petit circuit avec les lunettes assez particulières qu’il vous invite à porter. Elles reproduisent les effets de l’alcool sur la vision et la perception de l’environnement. Tous les candidats, désorientés, titubent inévitablement.

«La consommation d’alcool a beaucoup augmenté ces dernières années, particulièrement chez les jeunes, explique Maoulida. On a vu que c’est important de remettre de l’information et de redonner du sens au message ‘boire ou conduire’ y compris pour les deux-roues. Avec ces lunettes ‘état d’ivresse’, on se rend bien compte de la perte de perception que provoque l’alcool ».

Ce stand fait partie de la Mayana Santé qui s’est installée ce samedi à Pamandzi. L’opération est à présent bien rodée. C’est en effet la quatrième du genre après celles menées dans trois villages de la commune de Mtsamboro en octobre. Sensibilisation aux gestes de premiers secours avec la croix rouge, dépistages divers (diabète avec Rédiab Ylang, MST et hépatite avec des équipes du CHM, déficience auditive avec l’ADSM*) ou information sur les questions de santé, la Mayana emmène professionnels et associatifs au plus près de la population.

«On est là pour aider»

Le stand du planning familial : "rappeler qu'on est là pour aider"
Le stand du planning familial : “rappeler qu’on est là pour aider”

«Avec la Mayana, l’objectif est de réduire les inégalités sociales et territoriales en matière de santé, explique Asma Chanfi, coordinatrice de l’atelier santé ville à l’IREPS**.C’est important de faire connaitre les structures de santé pour qu’ensuite les gens soient capables d’aller voir les bons professionnels quand ils ont des problèmes ou quand ils cherchent une information.»

Ces structures existent toutes depuis longtemps. Mais quand il s’agit de santé, on touche rapidement à des sujets sensibles pour lesquels un travail pédagogique permanent est nécessaire.
«Certes, les gens nous connaissent, relève Yacoub Adidja, animatrice relais au planning familial. Mais c’est souvent compliqué de venir chez nous. Les jeunes filles par exemple viennent nous voir quand elles ont un problème lié à la sexualité, que ce soit après un rapport non protégé ou quand elles ont un soupçon de grossesse non désirée. Alors, c’est toujours bien de visiter tous les villages pour rappeler quand on est là pour les aider.»

Un diagnostic global

Tout savoir sur l'eau grâce au jeu imaginé par le service Santé-environnement du Conseil général
Tout savoir sur l’eau grâce au jeu imaginé par le service Santé-environnement du Conseil général

S’installer au cœur des villages permet aussi de réaliser un travail de fond sur les besoins en matière de santé dans chaque territoire. «Nous sommes en train de réaliser un ‘diagnostic global’, dans le cadre du contrat local de santé, pour pouvoir adapter les actions en fonction des problèmes, explique Asma Chanfi. A Pamandzi, par exemple, on se focalise sur la santé des enfants. On va mettre en place un bilan des élèves dans les écoles primaires parce qu’on s’est rendu compte, qu’à l’entrée en 6e, certains ne voient pas bien.» Et le simple fait de porter des lunettes peut en effet changer et faciliter un parcours scolaire.

Toutes les communes n’ont pas encore signé ce contrat local de santé, mais l’IREPS espère convaincre de l’importance pour les municipalités de s’impliquer sur ces sujets. Au mois d’avril, la Mayana devrait s’installer à Passamainty.
RR

* ADSM : Association des déficients sensoriels de Mayotte
** IREPS : Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139121
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139121
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139121
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139121
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139121
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139121
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...