25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueiljusticeDe la prison ferme pour un mari violent

De la prison ferme pour un mari violent

CARNETS DE JUSTICE. C’est une scène de violence conjugale sur laquelle se penche l’audience correctionnelle ce mercredi. Un moment insupportable qui a changé la vie d’un couple à jamais.
Lui, est un mari soupçonneux. Souvent, il se rend au travail de son épouse pour s’assurer qu’elle s’y trouve. Et si, par malheur, elle n’y est pas, la crise de jalousie éclate : il est persuadé qu’elle a des amants.
Karima* comprend. Elle pardonne.

Pourtant ce vendredi 18 octobre 2013, la crise prend des dimensions inédites. Il rentre à la maison après avoir bu des bières, furieux de ne pas avoir vu sa femme sur son lieu de travail. Il ne retient pas les coups qui fusent. Il lui tape sur la tête, Karima se défend et le mord. Il la pousse, elle tombe et heurte un meuble. La violence semble sans limite. Il la traîne sur le lit, monte sur elle et continue à la frapper.
C’est l’intervention d’une voisine, alertée par les cris, qui va permettre à Karima de se dégager des assauts de son mari. Une fois à l’extérieur de la maison, l’homme est prêt à continuer à se déchaîner, mais les voisins sont là. Il comprend qu’il est temps de partir pour ne pas subir la justice du voisinage.
Karima obtient une interruption de travail temporaire de huit jours.

Trois fois en dix ans

Ce mercredi matin, l’homme est absent de l’audience. Karima, en revanche, a eu le courage de dépasser toutes ses pudeurs pour dire, calmement, sa douleur et l’humiliation que ce moment fut pour elle. A la barre, elle précise l’énoncé des faits. Ce n’était pas la première fois qu’il levait la main sur elle. Mais ce n’était pas fréquent non plus. «C’est arrivé trois fois en 10 ans.»
«La première fois, je lui ai dit que je lui pardonnais. Il s’était excusé et c’était passé.» En 2011, la scène se reproduit mais cette fois-là, Karima porte plainte. Elle n’ira pas au bout de la démarche, une fois encore, elle cède. « Il m’a supplié de retirer ma plainte. Si j’étais allée jusqu’au bout, ça ne serait pas arrivé de nouveau.»

Depuis les événements, le couple n’habite plus dans la même maison et aucune tension particulière ne pèse sur Karima ou les deux enfants qui la lient encore à son mari.

On ne tape pas sur les gens

A l’énoncé du verdict, l’homme est arrivé au tribunal. Absent des débats, il reçoit le verdict comme un coup de massue : 10 mois de prison dont trois ferme et une mise à l’épreuve de deux ans. Il devra aussi justifier de l’obligation de soins liés à son recours régulier à l’alcool.
«On ne tape pas sur les gens !» rajoute le juge. « On ne vit pas dans un monde de bêtes. Et on tape encore moins sur sa femme et encore moins en présence de ses enfants.»
L’homme devra également indemniser son épouse pour un montant de 4.000 euros de dommages et intérêts : «la douleur et l’humiliation, ça a un prix.»

Karima compte se présenter au juge des affaires familiales pour poser clairement et sereinement leurs responsabilités respectives vis-à-vis de leurs enfants.
RR

VOIR LES AUTRES CARNETS DE JUSTICE

*Le prénom a été changé

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...