24.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilPolitiqueHollande aux Mahorais : «On ne pourra pas tout régler»

Hollande aux Mahorais : «On ne pourra pas tout régler»

Le président de la République a présenté ses vœux à l’outre-mer, les deuxièmes depuis son élection. Il l’a fait lors d’une interview diffusée sur les antennes d’outre-mer 1ère (Mayotte 1ère chez nous). Les points à retenir.

Voeux F Hollande outremer 2Au moins, on ne peut pas lui reprocher son manque de franchise. Rarement Président de la République s’est adressé aux habitants d’un territoire de la République pour leur dire  qu’il «ne pourra pas tout régler». Mayotte n’a pas tenu beaucoup de place dans son interview donnée sur les antennes des outre-mer 1ère, mais suffisamment pour que les Mahorais soient prévenus : «Quand il y a autant de difficultés, il faut agir par étapes».

Le Président s’est tout de même félicité d’avoir «accéléré le processus de départementalisation». «Avant, on nous disait que ce serait sur 25 ans. Il vaut mieux que l’on raccourcisse quand même l’échéance ! C’est ce qui se fait en ce moment à Mayotte.»

François Hollande a également rappelé que son ministre des outre-mer avait lancé le chantier d’un «pacte pour l’avenir» et la stratégie de Mayotte. Quant aux «300 millions d’euros» alloués par l’Europe à Mayotte quand il faudrait 600 millions rien que pour l’assainissement, le Président répond : «Il faudra les fonds européens. Mais s’il n’y avait que les fonds européens, cela ne suffirait pas. Mais s’il n’y avait pas les fonds européens, ce serait encore plus difficile».

Ce qu’il faut retenir du reste de l’entretien en 5 points :
1. Prix des carburants : soutien à Lurel
Voeux F Hollande outremerAlors que le dossier du prix des carburants et des marges des compagnies fait l’actualité et l’objet de discussions tendues en ce début d’année, le président a apporté son soutien à Victorin Lurel, face à «la pression des pétroliers». Le ministre va rester au cœur de la concertation : «Ce compromis, j’ai bon espoir qu’il sortira après la concertation à la fin du mois.»

2. Vie chère : « Toujours la priorité »
«Je ne lâcherai pas cette affaire», a prévenu le Président qui a noté les baisses obtenues par son ministre des Outre-mer avec le bouclier qualité-prix dans les télécommunications, les tarifs bancaires et les produits de première nécessité mais aussi le fret maritime.
«C’est déjà difficile d’avoir un travail (…), d’avoir une rémunération qui soit compatible avec ce qui se passe en Hexagone. Si, en plus, il y a un prix plus élevé, ce n’est pas acceptable. Donc la lutte contre la vie chère, c’est toujours la priorité. »
Sur la question des billets d’avion en revanche, il a reconnu qu’il fallait aller «plus loin».

3. La délinquance : «Une agression contre la République»
Sur la question de la délinquance, François Hollande a voulu donner une vision qui dépasse les agressions physiques contre les personnes. Pour lui, la délinquance est une «agression contre la République et le vivre-ensemble» , rappelant qu’il avait demandé un renforcement des moyens de la gendarmerie et des zones de police.

4. Emploi : «Un pacte de responsabilité adapté»
François Hollande est prêt à adapter le “pacte de responsabilité” aux spécificités de l’outre-mer pour encourager les entreprises locales à recruter davantage de jeunes. Le président avait annoncé lors de ses vœux à la presse, qu’il proposerait aux entreprises 10 milliards d’euros de baisses de charges supplémentaires d’ici 2017 en échange de contreparties en terme d’emplois et d’investissements.

Le financement des emplois d’avenir (10% sont déjà réservés à l’outre-mer) pourrait également être aménagé. L’État finance 75% de ces emplois réservés aux jeunes peu qualifiés, mais les collectivités locales d’outre-mer peinent à en financer les 25% restants, ce qui limite le développement du dispositif.

5. Transition énergétique
«Nous pouvons faire de l’Outremer l’avant-garde de la transition énergétique et ce sera, dans la loi qui va être portée sur la transition énergétique, une de nos priorités. L’Outre-mer va inventer les sources d’énergie de demain.»
Lors de la visite de Victorin Lurel à Mayotte, le ministre s’était émerveillé du projet OPERA qui lui avait été présenté. Nul doute que le message est remonté jusqu’à l’Elysée.

Retrouvez la transcription complète de l’interview ou l’intégralité de l’entretien en vidéo sur le site de l’Elysée.

RR

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...