30.9 C
Dzaoudzi
jeudi 2 février 2023
AccueilEconomieBlocage des stations : «des gérants de stations-service manipulés»

Blocage des stations : «des gérants de stations-service manipulés»

A Mayotte, ce ne sont pas les gérants de stations-service qui ferment les stations comme dans les autres DOM, mais la compagnie Total qui assure l’activité de distribution. Alors que des citoyens appellent à la manifestation ce jeudi matin, les parlementaires ultramarins dénoncent justement un “chantage” à la marge.

Un des parlementaires signataires, le Mahorais Ibrahim Aboubacar
Un des parlementaires signataires, le Mahorais Ibrahim Aboubacar

Le président des gérants des stations des Départements d’Outremer avait averti dès mardi soir : les discussions tendues avec les trois ministères, dont celui de l’Outremer, sur les modalités d’application des décrets de fixation des prix du carburant, allaient déboucher sur un blocage de la distribution. Et de fait, depuis ce mercredi matin, les stations services réunionnaises sont dévalisées. Et Mayotte ? Aucun communiqué n’était tombé hier au soir.

Car à Mayotte, Total est bien embêtée. Dans les autres départements, la grève est officiellement du fait des gérants de stations-service. Mais dans un communiqué, vingt et un parlementaires ultramarins (ils étaient dix dans un précédent communiqué) «rappellent notamment aux gérants de stations-services que leur marge nette, ainsi que celle des grossistes, n’est pas impactée par la réforme: seule la marge des compagnies pétrolières est concernée par celle-ci afin d’aboutir à une baisse du prix à la pompe».

Or, à Mayotte, où Total est à la fois importateur, “stockeur” et distributeur, il n’y a pas de gérant de stations-service. Alors, par solidarité, la compagnie pétrolière s’est mise en grève. C’est donc la seule compagnie à afficher ouvertement cette position, alors que les parlementaires appellent dans les autres départements «les gérants de stations-services [à] cesser de se laisser manipuler par les compagnies pétrolières (…) dont le bénéfice annuel net avoisine les 40 M€ dans l’Océan indien, qui les utilisent pour défendre leur seule rente de situation Outre-mer au détriment du consommateur et des économies ultramarines». En effet, les compagnies font peser une menace à l’emploi, les pompes n’étant pas automatisées dans les DOM.

A.P-L.

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139515
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139515
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139515
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139515
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139515
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139515
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...