29.9 C
Dzaoudzi
lundi 30 janvier 2023
AccueilUneRachma, le break dance au féminin

Rachma, le break dance au féminin

A Mayotte, seules trois filles osent le break dance alors que les crews – les groupes de danse de hip-hop – fleurissent sur l’île. Esquisse de Rachma, l’une de ses jeunes femmes qui n’a pas froid aux yeux.

Rachma réalise un "freeze".
Rachma réalise un “freeze”.

Rachma a deux frères. L’un est un danseur de break dance et l’emmène aux entraînements, l’autre s’oppose farouchement à ce que sa petite sœur soit mêlée à un milieu encore très masculin à Mayotte. Pourtant, les “Bboys” – les danseurs de break dance – traitent avec respect et admiration la jeune fille de 17 ans qui se défend très bien lorsqu’il s’agit de battre un homologue masculin à grands renforts de freeze*. Mais certaines danseuses n’osent se frotter au break dance de peur que les garçons ne les moquent ou ne les draguent.

Pas Rachma. Résolue et rigoureuse, elle s’entraîne toutes les semaines durant plus de dix heures avec son crew, le “Team Legend”. Fan de Sarah Bee, la jeune danseuse rêve de devenir professionnelle de break dance. C’est pour cela que, sans rechigner, elle s’use les genoux sur un terrain gracieusement prêté par la mairie à Passamainty aux groupes de danse qui en font la demande. Malheureusement, le terrain en question consiste en une plaque de béton passablement cabossée. Des conditions d’entraînement spartiates, le lot commun de ceux qui veulent pratiquer le hip-hop en dehors des structures dédiées.

Le choix de l’indépendance, un choix difficile

Pourtant, l’association Hip-hop Evolution tente de fédérer les jeunes danseurs de break dance de Mayotte, se rendant dans les villages pour les dénicher, leur proposant de l’aide, des stages, des formations, et les envoyant même, lorsqu’ils sont très bons, à la Battle de l’Ouest, la grande compétition de l’Océan Indien. Mais un bon nombre de crews, tels la “Team Legend”, tiennent à garder leur indépendance, quitte à sacrifier un certain confort à la fois en termes financiers et d’équipement.

Quoi qu’il en soit, cadré ou non, espérons que le break dance et ses valeurs – persévérance, travail sur soi, respect de l’autre – continueront d’enthousiasmer les jeunes de Mayotte.

O.L.

* Freeze : position statique de break dance

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139113
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139113
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139113
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139113
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139113
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139113
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...