27.9 C
Dzaoudzi
dimanche 29 janvier 2023
AccueilEconomieTourisme : les DOM doivent revoir leur copie

Tourisme : les DOM doivent revoir leur copie

Un état des lieux de la Cour des Comptes pointe les insuffisances des politiques publiques des collectivités. Mais ses préconisations n’apportent pas de rupture avec les outils habituels.

L'aéroportuaire toujours avancé comme un frein
L’aéroportuaire toujours avancé comme un frein

La Cour des Comptes vient de publier son rapport public annuel de trois tomes qui retracent ses observations, ses recommandations, les suites à donner et ses activités en 2013.

L’un d’eux concerne le tourisme en Outremer, au sous-titre évocateur d’«Un indispensable sursaut». Trois départements où le tourisme participe à l’activité économique sont ciblés : la Guadeloupe, où il représente 7% du PIB (Produit Intérieur brut), la Martinique, 9%, et La Réunion, 2,6%, et également la Polynésie française, 7,7%. A Mayotte, le rapport fait observer «un développement touristique encore limité».

Une vérité qui ne doit pas empêcher de regarder de prés les critiques formulées sur ces territoires dont le développement touristique était en expansion dans les années 90.

Le contrôle porte sur les politiques touristiques conduites par les principaux acteurs locaux sur la période 2006-2012. Tout en soulignant des facteurs aggravant comme la crise sociale de la cherté de la vie de 2009 aux Antilles «qui a conduit à l’annulation de prés de 10.000 séjours», l’épidémie de chikungunya en 2006 à La Réunion suivie par «la crise requin», ces destinations sont concurrencées par «les îles concurrentes en concordance avec le dynamisme du tourisme international qui a crû de 4% en 2012».

Mais ce sont les politiques publiques qui sont en cause : «des interventions peu dynamiques des collectivités et, de façon générale, une action publique souvent inefficace. Ces îles n’ont pas su mettre en place une stratégie touristique innovante.»

Les politiques publiques doivent commencer par là
Les politiques publiques doivent commencer par là

Les offres combinées du concept Iles Vanilles «peinent encore à se matérialiser dans les taux de fréquentation en raison notamment des différences dans les réglementations relatives aux visas et au fait que les partenaires sont également des concurrents».

Focus sur l’aérien

Est aussi pointée du doigt une desserte aérienne peu diversifiée, «les touristes européens désireux de se rendre aux Antilles ou à La Réunion sont contraints de passer par Paris» et pourrait-on rajouter, ceux qui se rendent à Mayotte ont une escale supplémentaire à La Réunion ou Madagascar. Les tarifs de l’aériens «élevés» sont surtout critiqués pour «les écarts de prix pouvant aller du simple au double en période de vacances scolaires».

Les recommandations pour corriger cet échec, sont au nombre de huit. Les deux premières appellent à l’élaboration de plan stratégique et de plan d’actions opérationnelles… ce que n’ont cessé de produire ces territoires, avec une efficacité apparemment modérée. Les suivantes appellent à davantage de coordination entre les acteurs et la mise en place d’une politique de formation. Il est également préconisé de définir des pays cible prioritaires, action que le Comité de Tourisme de Mayotte vient de mettre en place avec la clientèle allemande. Rien de très novateur donc en dehors de la mise en place d’un guichet unique d’aide aux établissements hôteliers.

On entend de nouveau parler de la suppression des défiscalisations «Girardin», «pour les remplacer par d’autres modes d’intervention moins coûteux pour le budget de l’Etat et plus efficaces». Sur ce dernier point, le ministre de l’Economie et des Finances répond qu’un crédit d’impôt s’y substitue partiellement depuis cette année.

Destinataires du rapport, les compagnies aériennes ont également adressé une réponse : «Trop cher par rapport à qui ? A quoi ?» interroge le président directeur général de Corsair pour souligner l’insuffisance d’arguments contenus dans le rapport, alors que Air Austral met en cause les taxes aéroportuaires, «107 euros sur un prix de billet de 300 euros», et qui peuvent tripler en fonction de la saisonnalité du trafic.

Chacun doit donc balayer devant sa porte et intégrer ses impératifs dans une vaste stratégie régionale.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139511
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139511
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139511
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139511
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139511
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139511
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...