29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
AccueilUneUn documentaire pour approcher «l’islam à la mahoraise»

Un documentaire pour approcher «l’islam à la mahoraise»

Mayotte 1ère diffuse demain mercredi à 21h10 un documentaire consacré à l’islam tel qu’on le vit au quotidien à Mayotte. Proposé dans le cadre du magazine de société «Archipels» présenté par Elyas Akhoun, «l’Islam à la mahoraise» souhaite dépasser les clichés souvent accolés à la religion musulmane.

Youssouf Madi à son bureau de Cadi à Acoua
Youssouf Madi à son bureau de Cadi à Acoua

Pour les Mahorais, découvrir le documentaire «L’islam à la mahoraise » n’offrira aucune surprise. Ils y retrouveront les paysages et les ambiances qu’ils connaissent. Mais c’est bien l’intention affichée du film. L’idée est de montrer l’Islam tel qu’il est vécu, au quotidien, à Mayotte, en suivant deux personnages. Youssouf Madi est à la fois Imam à la mosquée de Tsingoni , Cadi à Acoua et il dirige une madrassa (école coranique).
Madi Soula, lui, s’occupe des fêtes des écoles coraniques (madjiliss) et a entrepris d’apprendre le coran par cœur. Ce jeune papa travaille sur les dossiers sensibles de sa ville : lutte contre la délinquance et projets culturels à destination de la jeunesse. Il trouve une grande cohérence entre sa profession et son engagement religieux : il croit que la religion musulmane et ses repères traditionnels sont essentiels pour structurer et donner des repères à la jeunesse. Le film le suit également pendant la fête de la Hide el Fitr, grand moment de la vie religieuse et sociale de Mayotte.

Rémi Rozié, le réalisateur du documentaire (et journaliste au JDM) a entrepris de réaliser ce documentaire il y a deux ans. Alors que les questions religieuses en général et celles liées à l’islam en particulier sont sujettes à crispations dans l’Hexagone, le film souhaite aller au-delà des clichés métropolitains pour présenter le visage mahorais de l’islam, que beaucoup considèrent comme un des fondements de l’identité du département.

Au-delà des lieux communs souvent rapidement accolés à cette religion, le film a l’ambition d’approcher l’âme de Mayotte, une terre où le religieux et le culturel se mélangent, suscitant des critiques mais posant aussi des repères rassurants qui font parfois défaut aux nouvelles générations soumises à de nouvelles influences. (Voir la bande annonce)

Madi Soula pendant une fête des écoles coraniques à Tsingoni
Madi Soula pendant une fête des écoles coraniques à Tsingoni

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139116
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139116
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139116
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139116
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139116
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139116
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...