25.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilPolitiqueChirongui : le tribunal avant les urnes

Chirongui : le tribunal avant les urnes

A un mois des municipales, le déroulement des élections à Chirongui connait déjà un tour judiciaire. Electeurs fantômes, doublons, inscriptions incomplètes, le tribunal se penchait sur la sincérité des listes électorales de la commune.

La salle se remplit avant le début de l'audience ce mardi à Kaweni
La salle se remplit avant le début de l’audience ce mardi à Kaweni

Mayotte n’en a pas fini avec les controverses liées aux listes électorales. Ce mardi, ce sont les électeurs de la commune de Chirongui sur lesquels la justice se penchaient. Dans la salle d’audience de Kaweni, trop petite pour l’occasion, une centaine de personnes était venue défendre son statut d’électeur dans la commune. Quelques unes venaient justifier de leur cas personnel pour intégrer ou réintégrer les listes électorales. Mais La plupart répondaient à une requête déposée par la liste «La droite solidaire» menée par Abdoul Karim Soulaimana.

«50 personnes inscrites dans quelques maisons»

Les membres de la liste affirment avoir épluché, comme la loi les y autorise, le listing des électeurs nouvellement inscrits sur la commune. Ils y auraient repéré 165 personnes non identifiées. «Moi, je vis depuis toujours dans le village de Chirongui, explique Insya Daoudou, membre de la liste «La droite solidaire». Alors que je pense connaître tout le monde, il y a des gens inscrits dont je n’ai strictement jamais entendu parler. Et puis, il y a des choses bizarres. Dans la rue de La Poste, qui est une petite impasse avec quelques maisons, on trouve une cinquantaine de personnes inscrites qui habiteraient là. On demande à la justice de nous dire où elles sont.»

Abdoul Karim Soulaimana, tête de la liste qui a déposé le recours
Abdoul Karim Soulaimana, tête de la liste qui a déposé le recours

Pour le candidat Gilles Martin, la situation se répèterait comme dans la «rue PPF», une impasse d’une quarantaine de mètres de long où beaucoup de personnes seraient étonnamment domiciliées.
«C’est un jour historique, explique la tête de liste Abdoul Karim Soulaimana. Nous donnons la possibilité à la justice de donner ses lettres de noblesses à la démocratie à Mayotte. Ces pratiques d’un autre temps, il faut qu’elles cessent !»

La tête de liste reconnaissait tout de même des limites à l’exercice. Depuis le dépôt de la requête, trente personnes ont été finalement identifiées. La confusion venait du fait d’une inscription dans un autre village de la commune que celui dans lequel elles résident ou plus simplement d’un changement de nom. «Mais beaucoup de ces 165 vont être radiés», assuraient des candidats de «La droite solidaire».

La commission électorale décriée

Ce n’est pas spécifiquement la mairie ou Roukia Lahadji, la maire de Chirongui, qui sont visées, mais la commission de révision des listes électorales. «Il y a une commission avec un représentant du maire, un de la préfecture et un autre du tribunal. C’était à eux de vérifier si ces gens remplissent les conditions pour voter à Chirongui. C’est contre cette commission qu’on a porté plainte», précise M. Soulaimana. «Ca va réduire le risque de recours après l’élection.»

Dans la salle d’audience où le Président avait bien du mal à maintenir le silence, chaque cas était appelé l’un après l’autre. Une liste interminable qui permettait à ceux qui s’étaient déplacés de présenter des attestations de domiciliation dans la commune.

Alors que Chirongui compte environ 4.000 électeurs, l’enjeu est important. «Lors du précédent scrutin municipal, l’élection s’est jouée à une centaine de voix», relevait Gilles Martin.
Le tribunal doit rendre sa décision le vendredi 7 mars.

RR

3 Commentaires

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139117
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139117
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139117
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139117
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139117
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139117
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...