24.9 C
Dzaoudzi
vendredi 3 février 2023
AccueilEconomieLe Parc Naturel Marin attendu sur deux conflits

Le Parc Naturel Marin attendu sur deux conflits

La marche ordinaire du Conseil de gestion du Parc naturel marin (PNM) a été bouleversée par deux points d’actualité qui faisaient le buzz : les thoniers senneurs gérés par la Politique commune de la pêche et l’arrêté préfectoral sur la chasse hors lagon.

Conseil de gestion du Parc Naturel Marin au Sieam
Conseil de gestion du Parc Naturel Marin au Sieam

Le Parc Naturel Marin a tout d’un grand maintenant ! Né en janvier 2010, il tirait ce jeudi les leçons de 6 mois d’application de son plan de gestion.
Entité abstraite, le Parc Naturel Marin (PNM) de Mayotte, deuxième du nom en France après l’Iroise, et premier ultramarin, couvre 68.381 km2 autour de l’île, à l’intérieur et à l’extérieur du lagon. C’est à dire une forme de disque allongé, sur 200 miles, soit environ 370 km autour de nos côtes. Cette surface correspond à la Zone Economique Exclusive (ZEE) sur laquelle la France exerce ses droits souverains d’exploitations et d’administrations des ressources marines et des sous-sols.

A Mayotte où pêche et tourisme se partagent le lagon, le PNM joue à la fois le rôle d’arbitre, de conciliateur… et de punching-ball. Ce fut le cas lorsque les pêcheurs découvraient l’abandon par l’Europe de leurs demandes de dérogations sur l’application de la politique commune de la pêche à Mayotte, et ensuite, lors de l’interprétation del’arrêté préfectoral sur la chasse sous marine. Ces deux sujets forts étaient au menu du Conseil de gestion du Parc ce jeudi 27 février.

Le premier était porté par Pierre Baubet (Coopérative de pêche Copemay) et Régis Masséaux, qui tenait là le double rôle de président du Syndicat de pêche et vice président du Parc Naturel Marin… Mais pas de schizophrénie pour autant chez lui : «le Parc oriente son action vers le développement de l’activité de pêche traditionnelle hors du lagon et pourvoyeuse d’emplois. Or, les navires de pêche hauturière n’utilisent pas d’engins de pêche exemplaires, et ne sont pas pourvoyeurs d’emploi.»

Des dérogations vitales

En conséquence, une délibération a été adoptée à l’unanimité moins les trois voix d’abstention parmi les quatre services de l’Etat représentés, DAAF (Alimentation, Agriculture et Forêt), DEAL (Equipement), Affaires Maritimes et Base Navale.

Une délibération qui interpelle les instances européennes sur trois points que détaille Régis Masséaux : «la reconnaissance du Parc Naturel Marin pour que l’Union européenne laisse la France décisionnaire sur ses eaux nationales. Ce qui permettrait à la France, et c’est le deuxième point, de limiter sur le périmètre du Parc, la pêche aux seuls navires immatriculés à Mayotte ainsi qu’aux navires ayant pêché au moins 40 jours dans nos eaux au cours des années 2012 et 2013. Nous demandons enfin l’interdiction des dispositifs dérivants de concentration de poissons, grands prédateurs de la ressource puisque les juvéniles viennent s’y réfugier et sont massacrés dans les sennes».

Thonier dans les eaux mahoraises
Thonier dans les eaux mahoraises

Le Parc naturel marin adresse cette délibération à l’Union européenne en demandant le soutien du ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie… qui supervise aussi les Transports, la Mer et… la Pêche ! C’est un peu le vœu de la dernière chance mais Régis Masséaux veut y croire : la décision contestée était exceptionnelle et non communautaire».

L’extérieur du lagon… un far west !

Si ce point a rencontré une quasi unanimité sur le principe dans les débats du matin, il n’en est pas de même de l’arrêté préfectoral sur la chasse sous marine. Autorisant la chasse en dehors du lagon, il avait provoqué une levée de bouclier des clubs de plongée qui ne voient pas d’un bon œil des plongeurs chasseurs côtoyer leurs activités. «C’est un arrêté expérimental», rassure Régis Masseaux, «mais qui ne remplit toutefois pas les conditions d’acceptation par la population».

Réaction épidermique pour les clubs de plongée qui dénonçaient un arrêté servi sur un plateau pour protéger un acteur œuvrant illégalement depuis des années, simple législation pour les autres dans un domaine où rien n’était interdit et où n’importe quoi pouvait donc se faire… il fallait trouver un consensus. «Le Parc avait commencé à travailler sur une législation pour cette pêche de loisir qui fait l’objet de revente, nourrissant un marché parallèle», indiquait le vice président du PNM.

Le climat ambiant incite à l’abrogation pour les acteurs du Parc, «suivi par un travail en commun pour étendre une réglementation aux professionnels, mais aussi aux plongeurs chasseurs de plaisance».

Les autres points du programme de gestion du PNM étaient débattus au début de la réunion, «l’expérimentation d’une petite senne, les réserves pour la pêche aux poulpes, l’entretien des corps morts, le suivi de la qualité de l’eau, etc. ».

Le Parc Naturel Marin semble avoir trouvé sa place aujourd’hui. Il faudra qu’il la conserve demain… les sujets de tensions prenant souvent le pas sur la continuité de ses actions.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139510
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139510
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139510
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139510
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139510
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139510
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...