26.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEducationAussitôt licencié, aussitôt recruté

Aussitôt licencié, aussitôt recruté

L’île va pouvoir se doter de nouveaux cadres compétents et formés sur place : le Centre Universitaire de Dembéni met en place des “licences pro”. Elles devraient être proposées dès la rentrée 2014.

Porter des projets pour les jeunes (ici Association Nya Moja)
Porter des projets pour les jeunes (ici Association Nya Moja)

Mayotte manque de comptables, de gestionnaires, de personnes capables de piloter des projets, de coordinateurs… Et les besoins sont immenses, notamment en matière de cohésion sociale. Seules 10 communes sur 17 ont signé un Contrat Urbain de Cohésion sociale (CUCS) qui leur permet d’avoir des moyens supplémentaires pour encadrer les jeunes, mais les agents sont rarement qualifiés. «Au 1er janvier 2015, la politique de la ville sera réformée, les CUCS se mutent en reprenant le nom de Contrats de ville et l’Etat alloue 2 millions d’euros», indique  Laetitia Delahaies, directrice du Centre des Ressources de la Cohésion sociale à Mayotte.

Une manne qui ne retombe pas sur la population : «face aux manques de compétences locales, nous recrutons à l’extérieur alors que nous préférerions faire appel à des diplômés sur place». Pire certains budgets ne sont pas utilisés fautes de gestionnaires dans les associations locales.

La solution est en cours de réflexion au Centre Universitaire (CUFR) de Dembéni. L’idée avait été avancée au ministre Repentin : mettre en place des licences professionnelles. Elles permettront aux jeunes diplômés d’entrer immédiatement dans la vie active répondant ainsi au besoin en compétences de l’île.

De plus, elles correspondraient à la tendance actuelle : les jeunes préfèrent rester à Mayotte. «Nous avons jusqu’à 7 demandes pour une place en BTS. C’est bien de pouvoir stabiliser les jeunes deux ans de plus sur le territoire», témoigne Patrick James, du vice-rectorat.

A chaque secteur demandeur, sa licence pro

Isabelle Chevreuil et Laurent Chassot (à droite) en compagnie du ministre Repentin et du sénateur Thani Mohamed Soilihi
Isabelle Chevreuil et Laurent Chassot (à droite) en compagnie du ministre Repentin et du sénateur Thani Mohamed Soilihi

Laurent Chassot, directeur du CUFR, a de plus réussi le tour de force d’obtenir un  accord de principe du ministère de l’Enseignement supérieur sur une homologation pour la rentrée 2014, ce qui prend habituellement prés d’une année.

De leur côté, les acteurs porteurs du projet ont déjà bien avancé : ils étaient réunis à l’Université vendredi après-midi sous l’égide d’Isabelle Chevreuil, la présidente du Conseil d’administration, pour définir ensemble le contenu des licences, leurs débouchés, jusqu’à leur intitulé.

Trois licences professionnelles seront donc proposées aux étudiants sortis de BTS ou de Licence 2ème année (L2) : Gestion et pilotage de projets, Management et techniques de gestion des entreprises et Informatique portant sur les TIC (Technologie de l’Information et la Télécommunication).

Pour intégrer cette troisième année d’université qui pourra les spécialiser sur un emploi, les prétendants seront sélectionnés sur dossier puis passeront un entretien : «il faut une mouture exemplaire pour ce premier jet !» glissait Isabelle Chevreuil.

Une politique pragmatique

Les débouchés pour la première licence professionnelle en Gestion et pilotage de projets sont les mairies ou les associations qui travaillent pour la politique de la ville, sur l’éducation au sein de la population ou encore pour l’habitat et le cadre de vie et qui ont besoin de chargés de missions ou de chargé de projets. Si la licence s’adresse aux futurs recrutés dans le cadre de la montée en puissance de la politique de la ville à Mayotte, «il faut aussi penser à envoyer la ressource existante en formation continue !» remarquait un intervenant.

Difficultés de recrutement par région: Mayotte la plus handicapée (Enquête BMO Pôle emploi)
Difficultés de recrutement par région: Mayotte la plus handicapée (Enquête BMO Pôle emploi)

La seconde devrait permettre de répondre «aux besoins énormes de l’île en comptables, mais aussi en gestion de paye, ou en capacité de répondre aux marchés publics dans les Très petites entreprises», indiquait Didier Greco, expert comptable.

Quant à la troisième, spécialisée dans les TIC, elle devra attendre la rentrée 2015 pour son ouverture : la Licence 2 de Maths-informatique, vivier de la licence pro, n’ouvrant que l’année prochaine à Dembéni.

Former c’est bien, mais s’assurer de débouchés c’est mieux : si Isabelle Chevreuil indiquait que les secteurs cernés sont actuellement en demande, «il faudra savoir s’arrêter à temps et ne proposer ces licences que sur un temps donné et avec de petits effectifs pour ensuite passer à autre chose en fonction des besoins».

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139522
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139522
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139522
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139522
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139522
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139522
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...