24.9 C
Dzaoudzi
lundi 6 février 2023
AccueilEducationLes élèves de primaire lésés de la moitié de leur temps scolaire

Les élèves de primaire lésés de la moitié de leur temps scolaire

4.000 heures de cours au lieu de 7.000… C’est un appel aux candidats des municipales que pourraient lancer les enfants de Mayotte, lésés dans leurs scolarité par rapport à ceux de métropole faute de salles de classe. Un handicap qui ne se rattrape pas.

On continue à fabriquer de l'exclusion
On continue à fabriquer de l’exclusion

«Je vais mettre en place des actions pour la jeunesse désœuvrée», «moi, je vais me battre pour l’emploi des jeunes», «et moi construire une maison de quartier»… les annonces ne manquent pas chez les prétendants aux mairies, et sont principalement orientées vers la tranche d’âge représentant la moitié de la population de Mayotte : celle des moins de 17 ans.

Ils ont raison puisque sur les deux tiers de la population à avoir été scolarisés, 54% sortent du système scolaire sans aucun diplôme contre 19% en métropole. Mais c’est en amont qu’il faut agir.

Cette machine à fabriquer de l’exclusion n’est pas sortie aujourd’hui, elle est la conséquence de plusieurs facteurs. Outre le problème de la langue auquel répond une tentative d’enseignement du français comme langue étrangère, ou celui de compétence de certains instituteurs qui ont été recrutés au niveau infrabac dans les années 90 pour lesquels des formations sont mises en place, une grosse injustice vient d’être mise au jour : celle de l’insuffisance d’heures de scolarisation des jeunes élèves du premier degré. Un enfant qui est scolarisé entre 2 et 3 ans en maternelle et qui termine son CM2, aura bénéficié de 7.000 heures de cours environ en métropole… et de 4.500 heures seulement à Mayotte ! C’est un peu comme s’il suivait 5 ans d’école maternelle et primaire au lieu des 8 ans pour lesquels il est inscrit…

Du concentré de décrochage

Une réelle injustice pour lequel il y a un responsable : le rythme scolaire inapproprié à Mayotte. «Une journée concentrée sur 7h-midi uniquement est impossible à suivre même en tant qu’adulte !» avait souligné le vice-recteur François Coux en marge d’une conférence de presse. Le plus difficile à croire est que rien n’ait été fait avant son arrivée !

75% des écoles de l'île sans agrément
75% des écoles de l’île sans agrément

Ce rythme aurait du être aboli, limitant la casse que l’on connaît, en répartissant les heures sur une journée comme c’est le cas en métropole. Il ne l’a pas été, et c’est la réforme Peillon qui, en imposant 4 jours et demi de cours, va pouvoir le généraliser de force à l’ensemble des communes de Mayotte, seules Bandraboua et Mtsamboro l’ayant adopté en 2013.

Mais dans quatre communes, Dembéni, Koungou, Mamoudzou et Tsingoni, ce sera impossible faute de salles en nombre suffisant : il en manque 600 sur l’île. Dans ces écoles, deux classes se partagent en rotation une seule salle en alternant matinée et après-midi. L’enseignement par demi-journée y est donc obligatoire. On sait que le responsable de cette déficience en constructions scolaires a un nom, le SMIAM, Syndicat Mixte d’Investissement et d’Aménagement de Mayotte.

Une classe en or

Financé chaque année à hauteur de 10 millions d’euros par l’Etat, le syndicat n’a sorti qu’une seule classe en 2013 dans la commune de Tsingoni. Là encore, la gravité de la situation n’a été prise au sérieux que l’année dernière, alors que des contrôles de la bonne affectation des sommes auraient été nécessaires. S’il s’avérait que des détournements aient eu lieu, ils devraient d’ailleurs relever du pénal.

Annissi Ahamada Madi, président du SMIAM, indiquait avoir hérité d'une situation dégradée
Annissi Ahamada Madi, président du SMIAM, indiquait avoir hérité d’une situation dégradée

Des débats parfois vifs, se font actuellement entre les candidats aux municipales autour de la structure idéale : créer un Groupement d’Intérêt Public avec une présence de l’Etat, ou remanier le Syndicat pour en faire un SMIAM bis, mais avec quelle gouvernance ? Le cadre de l’intercommunalité était précurseur puisque le gouvernement cherche à le généraliser en France. Mais il repose sur des élus qui doivent avoir la maturité nécessaire pour endosser la responsabilité de la fonction.

L’enjeu est la formation réussie des enfants, quand on sait que les élèves qui ont été pré-scolarisés sur toute la maternelle réussissent mieux à l’entrée au CP (75% au lieu de 50% pour ceux qui ne l’ont été qu’un an). Cet enjeu est entre les mains des futurs maires. Les programmations sont au point mort pour 2014, ils devront réagir très vite.

Anne Perzo-Lafond

Anne Perzohttps://lejournaldemayotte.yt
Anne PERZO Le journal de Mayotte https://lejournaldemayotte.yt

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139509
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139509
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139509
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139509
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139509
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139509
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...