29.9 C
Dzaoudzi
mardi 7 février 2023
Accueilslide10km de Mamoudzou: bilan enthousiasmant pour une première

10km de Mamoudzou: bilan enthousiasmant pour une première

La première édition des 10km sur route de Mamoudzou a été un franc succès. Cette course, la première à être reconnue par la fédération d’athlétisme, est maintenant appelée à devenir un rendez-vous régulier. Bilan avec Sébastien Synave du RCM (Racing Club Mamoudzou) à l’origine de l’épreuve.

Le départ de l'épreuve dimanche 2 mars à Kaweni
Le départ de l’épreuve dimanche 2 mars à Kawéni

Le JDM : A l’heure des bilans, commençons par le volet sportif. On imagine que vous avez des motifs de satisfaction ?
Sébastien Synave : Les performances sont là. On a maintenant une vraie référence sur 10km route à Mayotte avec 31’07 chez les hommes et 38’07 chez les femmes. On a eu 146 dossards référencés et 109 athlètes à l’arrivée. Il n’y a pas eu d’abandon, la différence s’explique par des coureurs qui ne sont pas venus récupérer leurs dossards. Mais pour une première édition, j’ai de quoi être largement satisfait.
Nous avons un Mahorais sur le podium régional qui rate de peu les minima pour les Championnats de France. Chez les vétérans, on trouve aussi un Mahorais sur la plus haute marche. Enfin, la présence d’athlètes handisport pour la première fois à Mayotte sur une épreuve sur route est un grand plaisir.

Le JDM : La mise en œuvre d’une telle course a parfois été regardée avec un certain scepticisme à Mayotte. Au final, elle semble faire l’unanimité.
Sébastien Synave : Je ne regrette absolument pas d’être parti sur ce projet. Au départ, je me suis lancé tête baissée, tout seul, et pas mal de personnes se sont greffées après. C’est une super expérience et sans vouloir en rajouter, je crois que l’organisation est une voie dans laquelle j’aimerais bien m’orienter.

Le podium féminin encadré de Jean-Louis Prianon le parrain de l'épreuve et de Sébastien Synave, organisateur de l'événement
Le podium féminin encadré de Jean-Louis Prianon, le parrain de l’épreuve, et de Sébastien Synave, organisateur de l’événement

Le JDM : Sans renoncer à votre statut d’entraineur ?
Sébastien Synave : On trouve pas mal de similitudes entre les deux postes. Tu bosses pour une organisation ou un niveau d’athlète pour être prêt le jour J. Il y a un effort physique d’un côté et un effort de bon sens de l’autre.
Cette première édition m’a permis de voir les points à améliorer. Même s’il n’y a que de bons retours, avec pas grand-chose en plus, on pourrait obtenir une vraie belle épreuve. Je pense en particulier au balisage au sol, la fameuse ligne bleue qu’on trouve sur toutes les courses et qui indique le tracé exact du parcours. Ce sont des points de détails qui peuvent donner encore plus de crédibilité à la course.

Le JDM : Le parrain de la course, Jean-Louis Prianon, semblait particulièrement content du déroulement de l’épreuve.
Sébastien Synave : Il m’a confié qu’il a été surpris, compte tenu de mon profil et de mon parcours, de me trouver sur l’organisation d’une épreuve sur route et non d’un meeting d’athlétisme sur piste. Maintenant, une chose est sûre, c’est que la course dispose d’un ambassadeur de luxe qui va communiquer à fond pour la deuxième édition dans toute la région. Par exemple, cette année, il n’y avait pas de Mauriciens parce que la date de la course correspondait à leur Championnat national. En s’y prenant à l’avance, on peut faire en sorte que le calendrier permette à plus d’athlètes de la région de venir à Mayotte.

Le podium masculin des 10km de Mamoudzou
Le podium masculin des 10km de Mamoudzou

Le JDM : Vous avez donc l’intention d’installer cette épreuve dans la durée ?
Sébastien Synave : Bien sûr ! Il y a juste une réflexion à mener sur la période à laquelle elle doit se tenir. Pour cette année, j’ai souhaité l’organiser en mars pour qu’elle soit qualificative pour les championnats de France. Mais on pourrait imaginer qu’elle se tienne en juin pour être qualificative pour l’année d’après.
Ce que je tenais à mettre en avant pour la première, c’est le côté officiel des choses. Maintenant, on a une course avec un parcours reconnu officiellement par la fédération pour 5 ans. Elle peut donc devenir un rendez-vous sportif régulier.

Entretien réalisé par Rémi Rozié

Les 10km, première épreuve mahoraise sur route ouverte aux athlètes handisport
Les 10km, première épreuve mahoraise sur route ouverte aux athlètes handisport

Comments are closed.

RESTONS EN CONTACT

Inscrivez-vous à la lettre d'information du JDM afin de garder en oeil sur l'actualité mahoraise

L'actualité

AVIS DE CONSTITUTION AUTO SHOP 976

139115
  Par acte SSP du 14/09/2022, il a été constitué une SAS dénommée : AUTO SHOP 976 Siège social : 25 Rue Bahoni 97615 Pamandzi Capital :...
+26
°
C
+27°
+24°
Mamoudzou
Samedi, 04
Dimanche
+25° +24°
Lundi
+25° +24°
Mardi
+25° +24°
Mercredi
+25° +24°
Jeudi
+25° +24°
Vendredi
+25° +24°
Prévisions sur 7 jours
Campagne, politique, Mayotte

Tribune – De l’art du discours à la formule

139115
Qui pour relever les défis de nos grands orateurs du passé ? Peu de noms émergent de la tribune de Madi Abdou N'tro, voire aucun, sur les dernières campagnes, laissant sans doute "un sentiment d'imposture" chez les électeurs

Départementales Sada : remaniements en vue au conseil départemental

139115
L’issue du scrutin a parlé : c’est donc le binôme Soula Saïd Souffou/Mariam Saïd Kalame qui intègre les bancs de l’assemblée départementale. Ce qui implique des réélections au menu du conseil départemental les jours prochains. Avec l’éventualité d’une refonte complète des vice-présidences, comme nous l’expliquons

Départementales partielles : Soula S. Souffou et Mariame S. Kalame élus avec 52,26% des voix

139115
Ils étaient en tête au premier tour, et ont creusé l’écart à l’issue du second : le binôme surprise Souffou/Kalame qui n’était pas présent sous cette configuration en 2021, est le nouveau duo d’élus qui intègre le conseil départemental.
Comores, Azali Assoumani

Comores : un ténor de l’opposition appelle à une désescalade politique

139115
L’ancien gouverneur de la Grande-Comores, Mouigni Baraka Said, estime qu’il est temps de dialoguer avec le président Azali Assoumani dans l’intérêt du pays et de la population. L’homme politique se reconnait toujours dans l’opposition mais s’oppose toutefois à "ces querelles sans fin et sans véritable perspectives de sortie de crise". Une démarche mal digérée par les autres opposants qui refusent tout dialogue avec le président Azali Assoumani depuis son élection le 24 mars 2019.
Départementale, Sada, Mayotte

Départementales partielles à Sada : Saïd Souffou-Mariam Kalame en tête

139115
Le 1er tour de l'élection partielle des conseillers départementaux du canton de Sada se tenait ce dimanche 25 septembre. Le canton est toujours scruté de prés pour être l'un des épicentres politiques locaux. Les élections...